Cellou et Ibn Chambas au premier plan. (archives)

Pour trouver une solution à la crise politique qui sévit en Guinée, l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, s’est entretenu, ce mardi, avec le chef de file de l’opposition guinéenne.

Au sortir de cette rencontre à huis-clos, Ibn Chambas a déclaré aux micros des journalistes présents que : “le report des élections pourrait constituer une opportunité pour les acteurs politiques et sociaux en vue de rechercher des solutions consensuelles pour des scrutins apaisés.”

C’est dans cette optique que s’inscrit ma mission qui me permettra de m’entretenir avec les acteurs et les partenaires pour voir ensemble comment faire évoluer les choses. 

“Je réaffirme, dit-il, ma disponibilité et l’engagement des nations unies à accompagner les efforts de la Guinée pour trouver des solutions consensuelles à la crise actuelle. J’ai par ailleurs appelé les acteurs à la retenue, à privilégier le dialogue, pour une consolidation de l’acquis démocratique et économique en Guinée”.

De son côté, le président de l’UFDG, a d’abord rappelé les sources de cette crise politique, notamment le fichier électoral, le non-achèvement des élections locales, le président de la CENI qui, selon lui, n’est pas impartial.

Avant de saluer la décision du président Ivoirien Alhassane Ouattara, “et le discours hier du Président Issoufou qui a invité ses collègues et les acteurs politiques de la Guinée et de la Guinée Bissau à faire preuve de retenue et à prendre des initiatives pour restaurer la paix et la confiance dans leurs pays respectifs”.

Selon Cellou Dalein Diallo, “j’ai dit au représentant spécial du secrétaire général des nations unies que le FNDC a fait toujours montre d’aller à un dialogue (…). Toutes les initiatives visant à ouvrir un dialogue ont échoué, mais c’est par la responsabilité du pouvoir. Il y a eu aussi des efforts extérieurs qui ont été déployés mais malheureusement jusqu’à présent, du côté du pouvoir, on n’a pas eu de suite favorable”.

Pour terminer, le chef de file de l’opposition guinéenne dit espérer ‘‘qu’avec ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire, avec l’encouragement du président Issoufou, avec l’implication du secrétaire général des nations unies, il y a toujours un espoir”. 

Mohamed Soumah pour Guinee7.com 

Publicités