L’atelier technique du programme d’identification unique pour l’intégration régionale et l’inclusion en Afrique de l’Ouest (WURI), s’est ouvert ce lundi.

Durant 4 jours (du 28 septembre au 1er octobre), la coordination WURI Guinée dans un réceptif hôtelier de Conakry va échanger en visioconférence avec celles d’autres pays membres, leurs expériences pour une meilleure mise en œuvre de ce programme qui vise à offrir un identifiant unique à chaque habitant de la zone ouest africaine.

Titularisé en Guinée par la primature, ce programme est financé par le groupe de la Banque mondiale à hauteur de 49, 7 millions de dollars US et regroupe en son sein des cadres de divers départements.

A l’échelle nationale, ce programme va permettre entre autres : « la mise en place d’un registre national fiable d’identification des personnes physiques vivant sur le territoire guinéen et des Guinéens résidant à l’étranger ; titre d’identité pour tous ; la modernisation de l’administration et la mise en œuvre des services aux personnes (état civil, carte d’identité, administration fiscale, étudiants, permis de conduire). »

Coordinateur national du projet WURI en Guinée, Ibrahima Sory Keita a donné l’importance que revêt ce programme. « C’est un projet régional de la CEDEAO, qui permettra de faciliter le mouvement des personnes et des biens au sein de la communauté. Qui permettra de faciliter l’accès des individus aux services que les Etats mettent à leurs dispositions et de tous les individus », a-t-il défini.

A propos de l’atelier, il a expliqué: « Nous sommes donc en connexion avec tous les autres pays qui ont déjà rejoint le programme WURI. La Guinée et la Cote d’ivoire étaient les deux pays pilotes (…) Nous avons l’avantage d’être les plus avancés. Nous avons déjà esquissé notre plateforme et nous sommes en partage pour permettre de mettre à la disposition des autres pays frères, les avancées que nous avons faites. Mais aussi avec beaucoup d’humilité aller à leurs écoles, parce que certains ont avancé dans d’autres domaines. »

A son tour, Ferdinand Goumou, ingénieur sécurité et réseau dudit projet en Guinée, a indiqué : « Techniquement, nous sommes presqu’à la fin du pilote. Le développement est complet (…) Aujourd’hui, nous développons le projet WURI. Cela va nous permettre de pouvoir interagir avec tous les systèmes existants en Guinée et au-delà, nous allons aussi interagir avec les systèmes dans les autres pays. »

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com