Des présidents des Conseils des Guinéens de l’Étranger (C.G.E) présents actuellement à Conakry ont annoncé avoir déposé leur mémorandum chez le président de la transition, colonel Mamadi Doumbouya. Ils ont fait cette annonce à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue, ce jeudi 21 octobre à Conakry.

Dans ce mémorandum, Oumar Diakaby, représentant du collectif de la diaspora guinéenne, explique que, « dans le premier point nous avons décliné le contexte général, le deuxième point, la contribution de la diaspora dans la transition, … Nous avons passé au peigne fin les pouvoirs exécutif, législatif, et judiciaire. Nous avons aussi dénoncé l’ethnicité, le régionalisme et le communautarisme. Il y a aussi la pauvreté et la mauvaise redistribution des ressources, le non-respect des règles et lois et le manque de culture démocratique, le manque de civisme et le problème de l’éducatif civique. Donc nous avons dépeint toutes ces réalités-là ».

« Nous avons également fait des recommandations. Dans ces recommandations, nous avons décliné des actions immédiates, des actions à mener dans le moyen et long terme, ainsi qu’après la transition. Nous avons parlé des problèmes de la diaspora guinéenne liés à l’obtention des documents administratifs », a-t-il ajouté.

Selon Djémory Kouyaté, membre de la diaspora, « la diaspora guinéenne est plurielle, elle est multidisciplinaire. Donc, il y a toutes les catégories socioprofessionnelles que vous pouvez imaginer. C’est un potentiel en effet et que la Guinée a jugé utile et nécessaire comme les pays voisins d’intégrer à part entière le potentiel là dans le processus de développement ».

Il estime que pour parler de la diaspora « il ne faut pas nous voir comme des personnes différentes des Guinéens. Ça, c’est un point extrêmement important nous restons Guinéens dans l’âme ».

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199