L’acte s’est passé tard dans la nuit. Une mère a jeté son bébé sur un dépotoir d’ordures à Dixinn centre 1.Les forces de l’ordre sitôt informées ont investi les lieux du crime. Sékou Mansaré, président du conseil de quartier adjoint a expliqué les circonstances de cette découverte macabre : «  Vous savez dans notre quartier, des jeunes sont recrutés pour nettoyer les caniveaux, je me préparais pour aller là-bas, une femme me dit soudain chef nous avons découvert un enfant jeté en bordure de mer. Donc, je suis venu immédiatement. C’est un accouchement prématuré. »

L’intervention de la sécurité a été la suite d’une longue incertitude, la population pensait que l’enfant serait mort d’Ebola. « Ils ont appelé la croix rouge, parce qu’actuellement il y a la fièvre hémorragique à virus Ebola. On ne sait pas si le bébé est infecté donc on est resté comme ça. Le président du conseil de quartier est parti à l’hôpital pour contacter la croix rouge. »

Sékou Mansaré a beaucoup déploré l’attitude de la croix rouge : « On les a appelé devant la police et la gendarmerie. Ils disent qu’ils sont en route mais jusqu’à présent on ne les a pas vu. C’est grave ! »

Les cas d’infanticide sont monnaie courante à Conakry, cette découverte macabre a suscité beaucoup d’interrogation et d’indignation des habitants et des autorités locales.

JB

  •