Voici les propos de Bras Cassé, l’artiste qui avait maille à partir avec le président Alpha Condé ces derniers temps. Il est l’auteur de la chanson fétiche : ‘‘A bamban nfari’’. Traduisez ‘‘portez le à mon dos’’. Une chanson qui a accompagné la campagne du candidat Condé en 2010.

« Il y a beaucoup de journalistes qui parlent de ce que moi je n’ai pas dit. C’est pourquoi au temps de Conté, il a voulu interdire les médias privés, parce qu’il ne faut pas faire du chantage à une personne que tu n’as jamais rencontrée et à qui tu n’as pas parlé de ce que tu veux, ce n’est pas bon. C’est pour mélanger les gens.

Je ne suis pas dans le RPG, mais je suis pour Alpha Condé. Parce que je n’ai pas la carte du RPG, j’ai la carte de la COBAG. Je l’ai dit devant le monde entier, ce n’est pas seulement en Guinée. Je l’ai dit et je reste là-bas, je ne peux pas cracher, encore avaler les mêmes salives. Là je ne suis pas du tout d’accord. Je ne veux pas qu’on me chante. D’autres disent “alakhatin fari”, ils n’ont qu’à donner la preuve, les gens m’énervent. Donc à partir d’aujourd’hui, je ne veux que personne me parle de la politique, je suis un artiste international professionnel guinéen. Alors je sais ce que je fais. Maintenant, comme j’ai dit ‘’Alpha Condé, c’est Alpha Condé’’. C’est lui maintenant, je ne veux voir personne chez moi, je ne veux entendre personne me poser n’importe quelle question concernant la politique. Si ce n’est pas la musique, ne me parlez pas. Peut-être vous allez parler un peu du morceau “abamba n’fari” et on parle de cela, comment je l’ai composé ? Qui m’a fait adhérer au RPG ? Qui m’a obligé ? Et je sais, moi je sais et j’ai le droit de dire. Le jour où moi je suis rentré dans le RPG, les Soussous ont dit qu’ils ne vont pas voter pour le RPG, j’ai dit ça c’est si Dieu le veut, avant “abamba n’fari”. Donc, ils n’ont qu’à laisser mon nom, les médias-là. Je veux que personne ne parle mon nom dans la politique guinéenne. Maintenant je suis pour Alpha Condé, c’est tout !

COBAG, que tu sois peulh, malinké, kissi, toma, guerzé, si tu es né ou résident ici, appartient à tout le monde. C’est apolitique, mais si le groupe COBAG veut appartenir à un parti politique, ça c’est autre chose. Mais là-bas, il n’y a pas de peulh, il n’y a pas de malinké, il n’y a pas de soussou, c’est la Coopération de la Basse Guinée. Ça c’est une coopération, coordination en un mot. Tous ceux qui veulent rester dans COBAG, nous sommes de même mère et même père. Là-bas, il n’y a pas de raciste. Les politiciens, la plupart sont racistes. Je n’ai pas ma bouche dans la politique, je suis pour Alpha Condé, je ne suis pas pour le parti, je suis pour Alpha Condé et grâce à Malick Sankhon et Antonio Souaré. Ça je le dis plus haut qu’ailleurs. La personne qui a aidé ta mère tu ne la connais pas, la personne qui a aidé ton père tu ne la connais pas, mais la personne qui t’a aidé toi, si tu dis que ce n’est pas lui, là tu le connais pas et tu ne vas pas traverser pour longtemps.

Je ne suis pas fâché avec le président et je ne vais jamais me fâcher avec lui. Même en France, j’étais chez lui. Donc, je l’ai aidé depuis la France et j’ai commencé à l’aimer depuis la France. Ce n’est pas le président Alpha Condé, mais il s’est fait entourer des gens qui sont dans les autres partis-là et ce sont ceux-là qui ont dit d’éloigner toutes les personnes qui ont aidé Alpha Condé pour qu’eux ils gagnent avec le président. Alors je ne suis pas fâché avec lui, je suis fâché pour lui parce que les affaires du Noir sont noires. Les affaires des Noirs sont plus noires que le charbon… Donc c’est comme ça, moi je suis pour Alpha Condé et je serai pour lui parce que je l’ai immortalisé et cette chanson-là restera Alpha Condé jusqu’à sa mort ou à ma mort. C’est comme Salif Kéita “Mandjou” avec Sékou Touré, c’est comme Fodé Kouyaté avec Lansana Conté. Donc quelqu’un ne peut pas venir me parler du n’importe quoi sur Alpha Condé ».

Propos recueillis par Maciré CAMARA

Publicités

Laisser un commentaire