L’humanité a célébré, ce vendredi 11 octobre, la Journée mondiale de la jeune fille, sous le thème “Les jeunes filles : force libre et inarrêtable”. En marge de cette fête internationale, l’ONG Femmes Engagées pour la Salubrité (FES) a organisé une causerie éducative dans les locaux du village d’enfants SOS de Conakry.

Placée sous le thème “Quel comportement pour le leader de Demain ? “, cette rencontre d’échanges et d’information a réuni une quarantaine de jeunes filles, dont des collégiennes, des universitaires, ainsi que des représentants des structures œuvrant pour la cause féminine et quelques spécialités des questions du genre.

Dans son discours de bienvenue, la coordinatrice locale de SOS village d’enfants Conakry, Fatoumata Baldé, s’est tout d’abord réjouie de la collaboration de l’ONG FES dans le cadre de sa contribution et la célébration de la Journée internationale de la jeune fille. Avant de faire entendre : « Cette causerie avec les filles que vous êtes et qui a pour thème : “Quel comportement pour la leader de Demain ?”, démontre à suffisance votre engagement indéfectible aux côtés des jeunes filles, pour reconnaître leurs valeurs en elles ».

De son côté, Mabinty Soumah, présidente de FES, a précisé que sa structure s’est engagée dans le développement durable, à travers l’éducation, les droits humains, la justice, l’environnement, la lutte contre la pauvreté, la santé et la gouvernance. « Notre vision, dit-elle, est que l’implication des femmes dans toute initiative de développement est un gage de réussite. Ainsi, notre ambition est réellement de faire de la femme guinéenne, le fer de lance du développement national. Pour cela, il importe qu’elle soit mise dans des conditions optimales, lui permettant de jouer pleinement son rôle dans le processus de développement du pays ».

Après avoir souligné qu’une seule journée ne suffirait pas pour célébrer la jeune fille, la patronne de l’ONG FES a déclaré ceci, à l’intention des jeunes filles présentes : « Les mères, les éducatrices qui sont auprès de vous font des efforts et se battent tous les jours pour votre épanouissement, parce que pour devenir leader de demain, il faut déjà avoir un processus dans lequel vous êtes protégées contre les violences, contre les mariages précoces, les mutilations génitales. C’est ça le combat ».

Également présente à cette rencontre, la directrice nationale adjointe de la Citoyenneté, Mme Nounkoumba Sy, a invité les jeunes filles à plus de perspicacité, afin de pouvoir instaurer l’équité qu’elles réclament tant, avec les hommes.

« Parler de la Journée internationale de la jeune fille, c’est parler du rôle du droit humain, pour qu’elles soient de bonnes mères de famille… Quoi qu’il y ait des viols, des violences, des mariages forcés, l’excision, on ne doit pas s’arrêter, et cela doit passer par l’éducation. Mais l’éducation ne passe pas seulement par l’école, il faut apprendre à se prendre en charge et changer de comportement pour être une bonne jeune femme de demain. Il faut qu’on accepte de travailler au même titre que les jeunes garçons, il ne faut pas qu’on accepte la facilité, afin d’être émancipées. L’égalité entre homme et femme est bien possible, mais ça ne doit pas être que des discours », a-t-elle déclaré.

Cette rencontre qui a duré plus d’une heure, a pris fin par la remise des produits détergents offerts par l’ONG FES, ainsi qu’une visite guidée des locaux du village d’enfance SOS, sis à Sonfonia-Gare (commune de Ratoma).

Mohamed Soumah  pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire