Ce 30 mars a été déclaré par l’opposition dite républicaine « journée ville morte » sur toute l’étendue du territoire guinéen. A la fin de la journée, force est de constater que le mot d’ordre de l’opposition a été peu suivi sur le territoire national. Même le Foutah, fief du principal parti de l’opposition, dans son ensemble, a fonctionné comme d’habitude. A Conakry, les hôpitaux, les écoles, les banques, et l’administration publique ont fonctionné. Le centre administratif de Kaloum grouillait de monde, comme d’habitude.  Des boutiques fermées sur l’axe Bambéto/Cosa, fief de l’opposition n’ont pas empêché des stations-service de fonctionner encore moins des véhicules de circuler.

A rappeler que l’opposition a appelé à deux jours de villes mortes pour, selon elle,  protester contre le refus du gouvernement de revoir le prix du carburant à la baisse conformément au prix du baril du pétrole qui baisse depuis un moment.

L’opposition réussira-t-elle là où le syndicat a échoué ? Pas sûr vu l’échec du premier jour de la ville morte.

Aziz Sylla pour guinee7.com

Publicités

1 COMMENTAIRE

  1. CETTE FOIS CI LE PEUPLE DE GUINEE A ENVOYE UN MESSAGE FORT A L OPPOSITION RADICALE A TRAVERS CETTE VILLE MORTE VIVANTE

  2. Décidément l’UFDG est devenu la cobaye des opportunistes. Pendant que les deux mercenaires (Fode Oussou et Aboubacar sylla -UFC) demandent aux militants de cesser toutes activités, La pharmacie Etoile De Fode oussou est ouverte et la radio planète de M. Aboubacar sylla émet toute la journée. Dalein à tellement endoctriné les militants de l’UFDG qu’il ont perdu toutes raisons et ils les manipule avec son clan comme il le souhaite.