Poursuivi suite à la requête de l’artiste et homme politique, Elie Kamano, pour « atteinte à la vie privée d’autrui », l’ancien président de la fédération guinéenne de football, Salifou Camara alias Super V, était devant le tribunal de première instance de Dixinn délocalisé à la mairie de Ratoma.

À l’ouverture des débats, l’accusé a déclaré : « Je ne reconnais pas les faits. Et je suis même surpris. J’étais en France quand j’ai été informé par mon avocat. Donc c’est par respect pour la justice que je suis là ce matin. Il dit que je l’ai fait filmer et que je l’ai mis sur écoute. Qu’il le prouve parce qu’il ne s’agit pas d’affirmer mais de montrer les preuves. Je vais le faire suivre pour quel intérêt ? Et je n’ai aucune magie pour mettre quelqu’un sur écoute en République de Guinée. Je n’ai pas une compagnie téléphonique. »

A son tour, Elie Kamano s’est dit surpris, « d’entendre monsieur Camara dire ici qu’il ne reconnaît pas les faits pour lesquels il est là. Pourtant c’est lui-même qui a confié cela à la DPJ, quand il a porté plainte contre moi devant le tribunal de première instance de Kaloum.  Qu’il m’a fait suivre par des jeunes qui m’ont filmé quand je sortais de la Feguifoot. Et c’est cette vidéo qu’il a mise sur clé et verser dans le dossier. C’est à la DPJ qu’on m’a montré cette vidéo. Il y a les témoins. Vous pouvez faire venir le colonel Conté de la DPJ ».

Chose que son avocat Me Salifou Beavogui a soutenu en demandant le renvoi de l’affaire pour la communication des pièces et la comparution du témoin.

Ce qui n’était pas de l’avis de l’avocat de la partie civile, Me Dinah Sampil, qui a trouvé la comparution du colonel Conté non pertinente, du fait que les pièces seront communiquées.

Ce à quoi, le procureur, Boubacar Bah, a adhéré en demandant aussi à la juge de juste ordonner la communication des pièces.

A la suite de ces échanges, la présidente du tribunal, Aissata Kalissa a renvoyé l’affaire au 8 septembre prochain, pour non seulement la communication des pièces, mais aussi pour la comparution de l’officier désigné comme témoin.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com