Mohamed Lamine Bangoura, ancien président de la Cour constitutionnelle et d’autres cadres de ladite institution, sont visés par une injonction de poursuite judiciaire.

Une lettre a été adressée au procureur général près la cour d’appel de Conakry, par le ministre de la Justice, Alphonse Charles Wright.

Il seront poursuivis notamment, pour des faits présumés de « corruption, enrichissement illicite, blanchiment d’argent, faux et usage de faux en écriture publique, parjure, détournements de deniers publics et complicité ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com