Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), dirigé par madame Kadiatou Bah rejette en bloc les résultats issus du processus de recensement du corps enseignant, opéré côté syndicat par l’autre SLECG piloté par Aboubacar Soumah. Elle l’a fait savoir ce lundi, à travers une déclaration.

Après avoir fait cas de plusieurs plaintes reçues par son organisation de la part des enseignants dans le cadre de ce recensement, la camarade Kadiatou Bah a déclaré : « Au ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, les résultats sortis de cette opération, tout a été fait pour dénuder les enseignants de toute leur dignité. Car, lorsqu’un enseignant connu, reconnu pour sa ponctualité et sa régularité en situation de classe se retrouve sur une liste dite douteuse soit 2320 cas, non recensés 6408, dossiers incomplets 1964, des enseignants qu’ils qualifient de non-fonctionnaires 4848, cela est plus qu’une humiliation… »

Kadiatou Bah demande au gouvernement « de revoir ce fameux recensement fait à la hâte afin d’éviter de briser la carrière de nos chers enseignants ; et aux enseignants et chercheurs de Guinée, d’éviter de plonger dans un syndicalisme avec des personnes qui nous demandent d’aller au combat sans la moindre retenue, juste pour leur faire une promotion sociale et économique ».

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire