Libéré dans la soirée du lundi, 13 juillet 2020, sur instruction du gouverneur de Kankan, Sadou Keïta ; Nanfo Ismaël Diaby, avait été arrêté, parce qu’il dirige des prières musulmanes en langue locale (Maninka). Quelques jours après sa libération, le célèbre promoteur de l’écriture N’KO a brisé le silence, à travers une déclaration, mercredi 22 juillet 2020. 

Plus d’une semaine après sa libération ainsi que la destruction de son lieu de culte, Nanfo Ismaël Diaby, dans sa déclaration, évoque d’abord la laïcité en vigueur en Guinée, avant de se dire prêt à porter plainte contre ceux qui se sont attaqués à sa mosquée. Lire ci-dessous sa déclaration.

De Kankan,Moussa Konaté pour Guinee7.com