Perdu au Sud de Tougué (environ 500 km de Conakry), dans les contreforts du Fouta Djallon, sur les berges du fleuve Koloun, à une cinquantaine de Km du chef-lieu de la Préfecture, Kansagui est ce petit village où la vie s’était arrêtée ou presque. Cette léthargie maladive a provoqué depuis bien des années, un sursaut patriotique chez les nombreux fils ressortissants et résidents de la localité. L’image de la Sous-préfecture s’améliore.

A travers l’association ‘’Union pour le développement de Kansagui’’, les ressortissants entendent, à travers des projets d’intérêt communautaire, booster le décollage de l’une des neufs Sous-préfectures que compte Tougué. A la traîne, il y a peu, aujourd’hui Kansagui prend de l’ascendance sur nombreuses autres  localités de sa trempe. C’est ainsi que des fonds importants ont été mobilisés sur la base de contributions volontaires pour le lotissement du centre de la Sous-préfecture. Aujourd’hui, ce gros défi est derrière la Cité paisible de Thierno Mo Tounka.

De défis en défis, Kansagui s’est également attaqué à la réalisation d’un marché couvert (hangar) avec construction de kiosques, magasins. Au même moment, le centre de santé, bien malade, en lambeaux, presque rendu à la nature a été réhabilité et partiellement équipé. Kansagui a ses forages. Mais ceux-ci étaient en panne. Les ressortissants ont procédé encore une fois aux cotisations et autres contributions volontaires pour remettre en état ces équipements hydrauliques. Dans ce lot, la mosquée de la Sous-préfecture a été reconstruite et équipée. A cœur vaillant, rien d’impossible, dit-on ! Kansagui a intégré cet adage. D’abord, par la rénovation de la résidence du Sous-préfet et de son bureau, ensuite la prise en charge et ce, pendant 3 ans, d’enseignants vacataires. Enfin, la rénovation du Collège et du primaire du centre.

Par ailleurs, la jeunesse s’emploie à développer des activités sportive et culturelle. Elle plaide cependant pour pour la construction et l’équipement d’un centre culturel multidisciplinaire. Ce projet hante l’esprit des responsables de la jeunesse et des démarches sont en train d’être engagées pour la concrétisation de ce projet qui n’a que trop durer. Au regard de toutes ces initiatives, Kansagui devient un centre-pilote de développement local, de mobilisation de ressources, etc. Des voyages d’études y sont informellement effectués pour s’inspirer du modèle.

Seulement, les défis restent grands, les moyens limités. Mais comme dirait l’autre, donnez-moi un appui, je vous soulève la terre. A Kansagui, jamais rien n’est impossible.

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici