Considérant que leur client est en prison en violation du droit, les avocats chargés de défendre l’ancien premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, étaient devant la presse, vendredi, à Conakry.

Me Mamadou Ismaïla Konaté a énuméré les décisions prises par le pool d’avocats. « La question de la liberté, on ne la plaidera plus jamais devant la chambre de contrôle. Parce qu’elle ne nous donne aucune espèce de confiance. Nous allons saisir la cour suprême, juridiction la plus haute dans le pays pour déceler non seulement les violations, mais en même temps l’acharnement d’un procureur spécial. N’oubliez pas que personnellement, nous avons nous-mêmes porté une plainte contre le procureur spécial lui-même. Le ministre de la justice est saisi de cette plainte. Nous avons saisi également les juridictions à l’international, mais en même temps, nous allons multiplier les plaintes au niveau notamment de la commission africaine des droits de l’homme. Pour dire qu’une détention provisoire sur une période de 6 mois, durant laquelle on entend que deux fois la personne mise en cause, est une difficulté », a-t-il annoncé.

Il a aussi dénoncé le fait que « lorsqu’on arrive aujourd’hui dans une démarche de confusion absolue à aligner la fille, à aligner le beau-fils, ils ne vont pas tarder sans doute à aligner l’épouse et à aligner je ne sais qui d’autre encore. Pour lier la liberté du premier ministre Ibrahima Kassory Fofana à l’interrogatoire de ces gens ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com