L’ancien président de la délégation spéciale de Kindia, Abdoulaye Bah, s’est entretenu le lundi 27 mai 2019 avec les journalistes, à son domicile, dans le quartier Wondy. Au cours de cet entretien, ils ont échangé sur la gestion de la commune urbaine de Kindia par l’équipe du maire actuel, ainsi que sur la tenue de la fête tournante de l’indépendance, dans la “cité des agrumes”.

Abdoulaye Bah, tête de liste de l’UFDG lors des élections communales en 2018, ne s’avoue toujours pas vaincu par Mamadouba Bangoura, et reste droit dans ses bottes. Au cours d’un entretien qu’il a accordé aux journalistes, il fustige la nouvelle équipe dirigeante de la commune urbaine de Kindia : « Le constat sur la commune de Kindia est amère. Depuis que cette crise est née de la violation de la loi le 15 octobre 2018, Kindia va mal. Puisque Kindia est orphelin d’une équipe politique dirigeante, le maire qu’on a imposé par la force, Monsieur Bangoura, est couché à la maison. Il n’est plus en âge de travailler et de pouvoir supporter les exigences de la ville. Une ville pauvre qui nécessite le travail. Et l’équipe politique qu’on a également imposée avec lui est en dislocation. L’administration est complètement disloquée, il n’y a aucune activité administrative au sein de la mairie. L’état physique de la mairie le montre », a t il précisé.

Plus loin, Abdoulaye Bah fait une comparaison entre son temps à tête de la mairie et celui du sieur Bangoura. Il explique : « Sur le plan de la gestion de la ville, Kindia se montre de lui-même. La circulation est anarchique. Avec nous, la ville était propre, mais aujourd’hui Kindia est devenue une ville sale. Il n’y a aucun projet de développement pour Kindia, or on est à un an et demi des élections communales, et ces élections communales devraient nous donner une nouvelle équipe dirigeante dynamique, qui pouvait rassembler les fonctionnaires, les cadres de la ville, pour pouvoir changer pendant les 5 ans le visage de notre ville. C’est une tristesse, c’est un malheur qui s’abat sur Kindia. Nous sommes informés que même la présidence, Sékhoutouréya, est concernée par Kindia. Parce que ce qu’ils ont fait n’a fait qu’engendrer malheur, désolation, tristesse et révolte. Sincèrement, je ne vais jamais tourner la page à Kindia ».

Abdoulaye Bah jette l’anathème sur certains fils et responsables de Kindia qu’il accuse d’être à la base des problèmes dans la cité : « Kindia est prise en otage par certains caciques du RPG ; à savoir Cheick Taliby Sylla, Demba Fadiga, la gouverneure et le préfet. En ce qui concerne Oyé Guilavogui, il a quitté le navire, selon mes renseignements et même Alpha Condé s’en fout de Kindia. Je ne vais jamais reculer face à un Guinéen, quel que soit son statut », a t il martelé.

En ce qui concerne le choix de Kindia pour abriter la fête tournante de l’indépendance, Abdoulaye Bah n’apprécie pas la manière et dévoile les dessous : « A l’image de Boké, Kankan, Faranah, N’Zérékouré et Mamou, on a entendu un décret présidentiel choisissant ces villes. J’aimerais bien l’entendre, à moins que Kindia soit une sous-ville ou une ville à moitié par rapport aux autres. A Kankan, on a fait. Pour nous, c’est une manipulation politique de la part des fils de Kindia qui sont habitués à mentir à Kindia, à tromper leur ville natale ; ce qui n’est pas sain. On ne peut pas développer une ville avec des infrastructures sécuritaires. Ce n’est pas la sécurité qui développe une ville. Il y a des infrastructures marchandes et autres », a t il regretté.

Joseph Bangoura kindia pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici