Samba Oury Diallo, conducteur de taxi moto, a été sabré ce vendredi 2 août 2019 dans le secteur Sogbèya, quartier koliady, commune urbaine de Kindia, par un certain Mamadou Alpha Barry. La victime a échappé à la mort de justesse après avoir reçu des coups de sabre sur la tête.

« Ce jeune m’a trouvé, arrêté au marché Yenguéma, il m’a demandé si c’est un taxi. Je lui ai répondu, oui. Il m’a dit qu’il va à Koliady. Nous sommes tombés d’accord sur 4 000 GNF. C’est ainsi qu’il est monté et nous sommes allés jusqu’au niveau du carrefour Tabounna. Il m’a dit de partir vers le côté droit, nous avons continué jusqu’au niveau d’une forêt. Il m’a instruit de le laisser là. Car, selon lui, il ne voudrait pas que ses parents sachent qu’il est venu à moto. Narre la victime avant d’ajouter. Il est descendu et il a fait sortir son sabre en m’ordonnant aussi de descendre. Je suis descendu et il est monté sur la moto ».

Les gens sont sortis mais ils n’ont pas eu le courage de s’approcher pour m’aider

« Lorsqu’il a voulu démarrer la moto, j’ai enlevé la clé et il a blessé ma main. Je lui ai vite donné la clé. Quand il a voulu à nouveau démarrer la moto, j’ai pris son sabre, il a blessé mes mains et ma nuque avec. J’ai crié. Les gens sont sortis mais ils n’ont pas eu le courage de s’approcher pour m’aider. C’est quand j’ai crié pour la deuxième fois, il y a eu un autre groupe de personnes pour m’aider. Il a démarré la moto et a pris la fuite. Les gens sont partis à sa poursuite. Quand il est allé jusqu’à un certain niveau, il a laissé tomber la moto et on l’a arrêté », explique Samba Oury.

Si vous ne venez pas, ils vont le tuer

Le chef de quartier de Koliady 1, Ibrahima Sory Bangoura rappelle aussi les faits : « C’est vers 12 heures 45 minutes que l’un de mes chefs animateurs m’a appelé depuis le secteur Sogbèya, en m’informant qu’un bandit a sabré un conducteur de taxi moto en lui retirant son engin. Mais les gens ont mis main sur lui. Il m’a dit : Si vous ne venez pas, ils vont le tuer. Il m’a appelé plusieurs fois. Je lui ai dit que je ne peux pas y aller. C’est ainsi que j’ai vite informé les autorités, la brigade de recherches et la gendarmerie départementale. Je suis allé attendre au terrain. Quand les gendarmes sont venus, nous avons pris la route pour les lieux du drame. En cours de route, nous nous sommes rencontrés avec les gens en colère et le bandit frappé. Nous avons essayé de le faire monter dans le pick-up, mais les jeunes n’ont pas accepté. Il n’y avait que trois gendarmes. Ils ne pouvaient pas grand-chose devant la foule. »

Finalement, ils ont pu sauver le voyou

« Finalement, précise-t-il, on a pu l’amener chez moi. Pendant ce temps, les jeunes venaient de l’autre côté en nombre dans l’intention de le tuer. Certains policiers aussi sont venus mais en vain. Les jeunes m’ont dit de leur donner le bandit que le conducteur de taxi moto est déjà mort. Je suis allé voir à l’hôpital régional, il était vivant mais blessé au niveau des deux mains et la nuque.  J’ai encore appelé le colonel Moussa 2 Diallo qui a aussitôt informé le procureur. C’est ainsi qu’ils ont envoyé un pick-up qui a été endommagé par les jeunes en colère. Finalement, ils ont pu sauver le voyou. »

A noter que la victime Mamadou Oury Diallo est alité à l’hôpital régional Alpha Oumar Diallo et le présumé bandit à l’hôpital militaire du camp Kemebourema de Kindia pour des soins.

Samba Oury Diallo

 Joseph Bangoura pour guinee7.com

628388493

Publicités

Laisser un commentaire