Après six ans de mandature, le président de l’Assemblée nationale, l’honorable Claude Kory Kondiano a fait le bilan du travail de la huitième législature de la République de Guinée. Il l’a fait à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue, ce lundi 3 février 2020, au Palais du peuple.

Dès l’entame de son intervention, l’honorable Claude Kory Kondiano a tout d’abord déclaré « l’Assemblée nationale qui a fonctionné pendant six années qui se sont écoulées a été une Assemblée très difficile à gérer. La raison à cela c’est qu’elle est très diversifiée. Une Assemblée de 114 députés ; 113 ont siégé (…). Des 113 qui ont siégé, il y avait 59 de la mouvance et 54 de l’opposition. Donc une Assemblée avec une mouvance relativement faible et une opposition très forte qui avait une minorité de blocage », a-t-il mentionné tout en précisant que les 113 députés sont issus de 15 partis politiques.

Après leur entrée en fonction, le parlement a été confronté à un problème d’expérience. « Nous avons hérité d’un personnel peu formé. Il fallait donc prendre des dispositions pour trouver des financements, afin de former le personnel parlementaire. Et ensuite sur les 113 députés, seulement neuf avaient l’expérience parlementaire, donc tous les autres travaillaient comme députés pour la première fois. Fallait prendre des dispositions pour les former », a-t-il fait savoir.

Toujours dans son speak, le président de l’Assemblée est revenu sur la rénovation de la salle du parlement et certains bureaux. Vu que l’Assemblée nationale de Guinée n’a pas un budget d’investissement, elle n’a qu’un budget de fonctionnement, « cela nous a fallu de contracter une dette assez importante que nous avons été amenés à payer tout au long de la mandature « , a-t-il révélé.

Par ailleurs, durant ces six années passées au parlement guinéen, les représentants du peuple ont examiné et adopté 290 textes dont six textes organiques.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199