Un jeune homme de 29 ans, diplômé de l’institut Géo-mines de Boké  a été brulé vif ce vendredi par les populations de Kountia dans la Préfecture de Coyah. Il  s’est introduit illégalement dans une famille  aux environs de 3 heures du matin avec une arme à feu pour dit-on mettre fin aux jours d’une jeune fille qui a décidé de le quitter.

Sur la scène du crime située à quelques mètres des rails  à la T10, le corps de Charles Konaté brulait encore ce matin. Difficile de l’identifier, le visage et les membres supérieurs ont été complètement calcinés. Son ventre ouvert laissait entrevoir ses viscères illustrant l’horreur du crime. Un morceau de pagne souillé couvrait une partie du reste du cadavre.

Selon les enquêteurs venus de la gendarmerie départementale  de Dubreka, ceux qui ont brulé ce jeune l’ont d’abord ligoté, battu à sang, mis un pneu autour de son coup avant de le brûler vif. Les mêmes sources rapportent que Charles Konaté  a été appréhendé au petit matin de ce vendredi après avoir tiré quelques coups de feu dans la famille Baldé où il a décidé de mettre fin aux jours de Saleymatou Baldé. Une foule en colère et très agitée mettra main sur le jeune. Des éléments d’une brigade de gendarmerie, sous-équipée et en nombre inférieur ne parviendront pas à maîtriser la foule.

L’hypothèse d’une mort d’Ebola est écartée. Une équipe de la Croix-Rouge de Dubreka  a été  sur les lieux pour  diagnostiquer le corps avant toute manipulation. Elle a  ordonné une mise à disposition du corps au quartier Kountia avec la mention d’un juge de Coyah pour des fins d’inhumation.

Toute la famile Baldé où Charles Konaté s’est  introduit, a été arrêtée et conduite à la brigade de recherche de Matam pour être entendue dans cette affaire. Selon nos informations, Charles Konaté a été libéré hier jeudi, après avoir purgé un an de prison ferme à la sureté centrale de Conakry pour menace de mort, coups et blessures volontaires  sur la personne de Saleymatou Baldé.

JB.

Publicités

Laisser un commentaire