Le ministre guinéen de la Coopération Internationale, Dr Koutoubou  Moustapha  Sano a indiqué, vendredi, 05 septembre, à Conakry, ne pas comprendre comment certains pays membres de la Communauté Economique  des  Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont pu fermer leurs frontières  avec la Guinée à cause de l’épidémie à virus Ebola, alors que l’Etat guinéen, même au plus fort des conflits dans certains de ces pays, a accepté  d’accueillir  les réfugiés venant de divers horizons.

Déclaration du Ministre de la coopération  à la cérémonie d’ouverture de la Journée de vulgarisation des Protocoles et Conventions de la CEDEAO auprès de l’Administration, des opérateurs économiques et des populations à Conakry.

Selon les organisateurs, cette journée s’inscrit dans la mise en œuvre du plan d’action du ministère de la Coopération  Internationale, au titre de l’année 2014 et  plus précisément de la vulgarisation des protocoles, des conventions et des actes additionnels de la CEDEAO.

Pour le Directeur général  de l’Intégration Africaine, Dr Djiguiba Sy Savané, cette rencontre se tient à un moment où elle fait l’objet de toutes les sollicitations par rapport à la résolution de la crise à virus Ebola en Guinée. Cette vulgarisation figure par ailleurs en bonne place parmi les actions de sensibilisation dévolues à la Cellule nationale CEDEAO.

Le ministre de la Coopération Internationale  a, de son côté rappelé,  que depuis la création de la CEDEAO, d’importants protocoles et conventions ont été signés par les Etats membres au nom des populations de ces pays, en vue de les soustraire de la pauvreté, de la précarité et d’élever leur niveau  de vie.

Cependant, dira-t-il, force est de constater aujourd’hui, que ces instruments fondamentaux du processus d’intégration sont mal connus des acteurs concernés, aussi bien les droits et les avantages qu’ils leurs confèrent, que les obligations et les contraintes qu’ils leurs imposent.

Parlant de la question d’Ebola, le ministre a évoqué, ne pas comprendre comment certains Etats de la CEDEAO ont fermé leurs frontières avec la Guinée, alors qu’en temps de ‘’guerres’’ dans des pays voisins, la guinée n’a jamais fermé ses frontières.

Dans son discours, le représentant spécial de la représentante de la CEDEAO en Guinée, Léon Briche a affirmé, que cette Journée qui est une initiative du ministère de la Coopération  Internationale de la Guinée,  se situe dans le cadre des objectifs que s’est fixés la CEDEAO à l’horizon 2020, dont le  passage de la CEDEAO des Etats à la CEDEAO des peuples.

Abordant  la situation d’Ebola, M. Briche a indiqué, qu’il ne voudrait pas s’aventurer sur un terrain dont il n’a pas la maîtrise des tenants et aboutissants sur la fermeture des frontières de certains pays membres de la CEDEAO, ajoutant qu’il souhaiterait que les choses rentrent dans l’ordre entre tous les  membres de cette organisation sous régionale.

AGP