La 4ème session ordinaire de l’assemblée plénière de l’Institution nationale indépendante des droits humains (INIDH) a été clôturée, ce jeudi 26 décembre 2019, dans un réceptif hôtelier de la place. Par la même occasion, l’institution a procédé à la remise de la Palme nationale des droits humains (PANADH, 2ème édition).

« La clôture de l’assemblée plénière de notre institution intervient quelques jours après la pré-session de l’examen périodique universel tenue à Genève du 8 au 13 décembre 2019. La session elle-même étant prévue dans la deuxième quinzaine de janvier 2020, il convient de rappeler que l’INIDH a déjà remis son rapport alternatif », a fait savoir Pr Alia Diaby, président de l’INIDH.

A propos de la tenue des prochaines échéances électorales en Guinée en 2020, le président de l’INIDH a déclaré : « C’est le lieu et le moment pour nous d’interpeller les pouvoirs publics sur la nécessité de faciliter à l’INIDH le monitoring des élections qui auront lieu en 2020 ainsi que sa participation effective à la session de l’EPU qui aura lieu à Genève le 20 janvier 2020. Tout cela exige un financement approprié et au moins le paiement de la 4ème tranche de la subvention de l’institution. Faute de quoi, notre dynamique sera paralysée. »

La Palme nationale des droits humains (PANADH 2ème édition) a été remise à la Coalition nationale de Guinée pour les droits et la citoyenneté des Femmes (CONAG-DCF).

Bintou Nabé

« Si aujourd’hui, nous recevons ce prix national ; une institution comme l’INIDH nous décerne un prix spécial pour le combat que nous menons pour les droits et la citoyenneté des femmes mais aussi pour les droits humains des femmes et des enfants, les mots me manquent pour le dire mais ça me réconforte. Ça nous motive à travailler davantage pour la promotion et la protection des droits humains en général et pour les droits des femmes et les enfants en particulier », s’est félicité Bintou Nabé, présidente de CONAG-DCF.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199