La Chine a envoyé des milliers de doses de médicaments expérimentaux contre Ebola en Afrique, et SihuanPharm, le laboratoire qui fabrique ces médicaments, prévoit d’organiser au plus vite des essais cliniques en Afrique, a-t-on appris samedi.

Le laboratoire privé a obtenu la semaine dernière des autorités l’autorisation de mise sur le marché du médicament jk-05 et a déjà commencé la fabrication après l’habilitation du produit en tant que “médicament spécial”.

Huo Caixia, responsable de l’entreprise, a annoncé que la Chine avait déjà envoyé des médicaments pour dix mille personnes.

Les médicaments sont destinés à soigner les patients contaminés par le virus Ebola, mais il ne s’agit pas de vaccins. Cependant, selon Mme Huo, ces médicaments peuvent aussi être utilisés pour prévenir la maladie. Les médicaments ont déjà été testés sur des cellules et des animaux, mais pas encore sur des humains.

Les essais cliniques seront menés en Afrique, car il n’y a pas encore de patient d’Ebola en Chine. La structure chimique du jk-05 est plus simple que les médicaments américains et européens, et le jk-05 peut ainsi être produit plus rapidement et coûte moins cher.

“Ces médicaments n’ont pas encore été utilisés sur des Africains, mais nous n’excluons pas cette possibilité”, a déclaré Mme Huo.

Beijing a déjà envoyé quelque 200 travailleurs médicaux dans les pays touchés par l’épidémie et a promis d’offrir plus de 35 millions de dollars d’assistance médicale à la Sierra Leone, au Liberia, à la Guinée et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La Chine a indiqué la semaine dernière lors de la conférence annuelle de la Banque mondiale que les matériaux et les capitaux investis dans l’opération d’assistance s’élevaient à 200 millions de dollars et que davantage d’aide serait versée. Ce nouveau lot de médicaments envoyé en Afrique est égal au volume de médicaments promis en août par le laboratoire américain GSK.

Xinhua