La Cour suprême a, selon Me Salifou Béavogui, annulé, ce lundi 27 mars 2017, la décision de la cour d’assises condamnant Fatou Badiar, AOB et Jean Guilavogui. Cette décision de la cour suprême donne une seconde chance aux avocats de la défense de prouver l’innocence de leurs clients.

C’est à Me Salifou Béavogui, avocat de la défense, d’annoncer la nouvelle avec sourire aux lèvres : ‘’Je remercie les magistrats de la Cour suprême pour leur courage et leur professionnalisme. Et il faut tirer chapeau pour la cour suprême. Vraiment, aujourd’hui je ne sais pas comment exprimer ma joie ! ‘’

Jugeant la démarche de la Cour suprême d’impartial, l’avocat estime que c’est une avance dans la construction de l’Etat de droit : ‘’ Je suis très heureux en ce jour suite à cette décision de la cour suprême. Je sais que l’arrêt de la cour d’assises de Conakry qui avait condamné madame Fatou Badiar à 15 ans de réclusions criminelles, AOB à perpétuité, vient d’être cassé et annulé purement et simplement. C’est une victoire éclatante, les mots me manquent. Et le dossier retourne devant le tribunal de première instance de Dixinn en vertu de la nouvelle organisation judiciaire pour continuer les débats. Donc, merci le droit à triompher, ma joie est grande.’’

Parlant de l’étape suivante, il déclare ‘’immédiatement nous allons nous concerter avec nos clients pour fêter d’abord la victoire ensuite, nous aviserons. Mais nous pensons que c’est déjà très bien que cette décision soit cassée, ça veut dire que c’est la défense qui avait raison, c’est nous qui avions raison, c’était des innocents, voilà que la cour suprême vient de nous suivre’’.

Il conclut : ‘’l’arrêt de la Cour d’assises a été cassé comme s’il n’a jamais existé et nous retournons devant le tribunal de première instance, là nous sommes à un pas du point final.’’

Pour rappel, Mme Fatou Badiar, AOB et Cie avaient été condamnés pour, selon l’accusation, avoir participé à l’attaque contre le domicile du chef de l’Etat, le 19 juillet 2011.

Ismael sylla pour Guinee7.com

Publicités