Les verdicts des audiences criminelles entamées lundi à Forécariah, sont tombés mardi 24 décembre 2019. Sur les six dossiers programmés au rôle d’audience, quatre ont été jugés, et deux renvoyés au tribunal de première instance de Kindia. Le président Mamadou Yaya Sow et ses deux assesseurs ont rendu public les sentences : ‘‘le tribunal statuant publiquement, contradictoirement en matière criminelle et en premier ressort ; après en avoir délibéré conformément à la loi sur l’action publique déclare Maféring Bangoura coupable des faits qui lui sont reprochés ; pour la répression la condamne à 10 ans de réclusion criminelle et au payement d’une amande de 13.536.000fg pour tous préjudices confondus. Pour Mohamed Soumah poursuivi pour viol ; pour la répression, le tribunal le condamne à 13 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de 8 ans. Daouda Soumah poursuivi aussi pour viol ; pour la répression, est condamné à 11 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de 5 ans. Younoussa Bangoura après avoir reconnu les faits qui lui sont reprochés ; pour la répression, le tribunal le condamne à 10 ans de réclusion criminelle.’’

Pour Me Emmanuel Bamba, avocat des condamnés, ‘‘les décisions sont très sévères. Les peines sont très sévères au regard des circonstances qui entourent la commission de certaines de ces infractions. Notamment le cas de la femme qualifiée de stérile. Pour la faire souffrir, on fait rentrer une nouvelle femme et elle est traitée de tous les mots d’oiseaux. Donc une procédure est engagée contre elle pour empoisonnement, malgré les circonstances qui ont entouré cette infraction. Ce n’est même pas un cas d’empoisonnement mais un cas de coups et blessures volontaires. Alors, nous pensons que la condamner à une peine de plus de 10 ans, me paraît extrêmement sévère. Nous comptons relever appel de cette décision à la cour d’appel de Conakry qui est compétente en la matière pour une réduction de sa peine’’, a-t-il laissé entendre.

A rappeler que Mafering a reconnu avoir inoculé de la soude caustique au bébé d’un peu plus de 20 mois et a demandé pardon. Le bébé né de l’union de son mari et de la copine de celui-ci a survécu à l’acte.  

Pour le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kindia, Amadou Diallo, la récréation est terminée pour les malfrats. ‘‘Les audiences foraines sont organisées pour rapprocher la justice aux justiciables. Après avoir honoré mes engagements lors de mon installation le 22 novembre 2019, comme procureur de la République pour la tenue de ces audiences foraines. Je voudrais prendre un nouvel engagement aujourd’hui pour Kindia, Télimélé et Forécariah que plus jamais une affaire criminelle ne va traîner dans le ressort de ma juridiction. Il faut que la population sache que lorsqu’un crime est commis, on n’attend pas longtemps pour que le criminel soit situé sur son sort. Que les malfrats et les hors de la loi s’éloignent du ressort de Kindia. Qu’ils s’éloignent de kindia, s’ils ne peuvent pas se comporter en bon citoyens. Parce que je serais impitoyable à leur égard ! Tant que je serai le procureur de Kindia et les villes citées plus haut, aucune affaire criminelle ne va traîner dans ces villes’’ a-t-il précisé.

Pour finir, le procureur Amadou s’est engagé : ‘‘Je ferais tout pour m’entendre avec le président du tribunal et ses deux assesseurs. Parce que nous visons la tranquillité et la paix dans ces villes. Et quelque soit le prix que cela nous coûte, nous sommes prêts à le faire pour la Guinée.’’

Joseph Bangoura Forecariah pour guinee7.com

628388493