Le directeur préfectoral de l’éducation de kindia accompagné par le préfet de ladite préfecture, Elhadj N’fansoumane Touré, s’est rendu dans plusieurs écoles de sa localité en ce premier jour de la grève déclenchée par le SLECG. Objectif, s’enquérir de l’évolution des cours et de la présence des enseignants. Guinee7.com était là.

Le mot d’ordre de grève déclenché par le SLECG n’a quasiment pas été respecté à kindia, ce jeudi 9 janvier 2020. Après le tour de certains établissements, Ousmane Aïssata 1 Camara, directeur préfectoral de l’éducation de kindia, résume son constat en ces termes : ‘‘Ce matin, nous avons fait le tour de plusieurs établissements à Kindia. Le constat est globalement satisfaisant. Très positif. Car les élèves et les enseignants ont tous répondu massivement présents. Les cours se tiennent correctement au niveau de la DPE de kindia. Nous avons visité l’école primaire de kindia 1, de kindia 2, l’école primaire de Sarakoleah, le lycée 28 septembre, l’école primaire de Damakhanya centre située dans la sous-préfecture de Damakhanya et l’école privée La lune de Sam dans le quartier Yeolé, dans la commune urbaine de kindia. Les salles sont pleines d’élèves et les enseignants y sont’’, a-t-il expliqué.

Pour Joseph Mansaré, professeur de français, au lycée 28 septembre, ‘‘Je ne crois pas que nous sommes en situation de grève. Et c’est une chose qu’il faut reconnaître. Nous sommes des enseignants et nous sommes payés pour enseigner. Notre mission est de former les enfants. Alors pourquoi rester à la maison ? Et surtout nous sommes des fonctionnaires de l’État. Les enseignants n’ont qu’à venir enseigner. La grève n’est pas la solution’’, a-t-il dit.

Pour le fondateur du groupe scolaire privé, La lune de Sam, Aboubacar Demba Samora, ‘‘Ça fait des années que nous grevons dans ce pays mais ça n’a rien changé. C’est pourquoi cette année, nous avons décidé d’accompagner les enfants pour une année scolaire meilleure à kindia. Nous sommes engagés à travailler cette année à kindia. La formation ne fait que se dégrader en Guinée à cause des grèves. C’est pourquoi nous nous battons afin de changer le niveau de nos élèves. Que les enseignants partent aux négociations pour sauver l’éducation guinéenne et l’avenir des enfants’’.

À noter que la quasi-totalité des écoles visitées ce jeudi par le DPE de kindia, Ousmane Aïssata1 Camara, ont connu la présence massive des élèves et enseignants. La quiétude sociale règne en maître absolue dans la cité des agrumes ce jeudi.

Joseph Bangoura pour guinee7.com

628388493