Promouvoir l’entreprenariat jeune, réduire le taux de chômage, créer un espace commun pour booster l’auto prise en charge des jeunes, réduire le taux grandissant d’insécurité sociale dans la préfecture de Fria, c’est entre autres les objectifs visés par l’ONG “Maison Commune de Fria “, qui face aux hommes de médias à la maison de la presse de Guinée, ce jeudi, a présenté son projet d’appui, d’insertion et d’emploi jeune des collectivités.

Ce programme d’appui et d’insertion consiste à mettre les jeunes et les femmes ensemble par corps de métiers afin de les organiser, les former et de leur donner des capacités pour être compétitifs sur le marché de l’emploi. Parmi ces corps de métier, il y a entre autres, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique, la sécurité, nettoyage.

Selon Pasteur Klaudi Alfred Houlemou, coordinateur dudit programme, « il ne s’agit pas de mettre en place une ONG et que cette ONG devienne la vache laitière qui va continuer à alimenter les différentes personnes. Mais à l’intérieur de la Maison commune, il y a un consortium d’entreprises. Ce sont des jeunes que nous voulons qu’ils soient entrepreneurs compétitifs sur tous les marchés et sur toute l’étendue tu territoire, parce qu’ils en ont les compétences ».

« À la “Maison Commune de Fria “, dit-il, chaque corps de métier aura un bureau fonctionnel qui lui permettra d’être opérationnel sur le marché. Et la particularité de la “Maison Commune de Fria “, est que l’animation est spécifique et spécialement faite par les jeunes animateurs des 13 quartiers de Fria. Il n’y a pas d’injonction d’autres corps qui viendront, mais ce sont eux qui seront les premières personnes qui feront les démarches. Et nous au niveau de l’administration et des cadres de Fria, nous ne ferons que les accompagner dans ces différents processus ».

Dans le cadre de ce projet d’appui, d’insertion et d’emploi jeune, Alfred Houlemou a précisé que l’ONG “Maison Commune de Fria ” a répertorié au total 699 jeunes et que la liste ira en croissance : « Il y a d’autres corps de métier comme les agriculteurs et les nouvelles technologies que nous devons également répertorier. »

Parlant des formations pour ces jeunes « nous sommes en train de constituer… mais vers la troisième semaine du mois d’août, nous allons commencer les formations avec des cadres de l’ENAM et autres. La durée de cette formation dépendra des modules de chaque corps de métier, mais c’est la formation sur la gestion d’entreprise qui est vraiment fondamentale. Parce que les jeunes ont déjà le B-A BA de leurs corps de métiers respectifs et ensuite nous procèderons à des remises à niveau également dans leurs domaines ».

Mohamed Soumah pour Guinee7.com 

Publicités

Laisser un commentaire