Prenant la parole au cours d’un débat récemment organisé par une structure de femmes guinéennes, sous le thème « rôle et responsabilité des femmes vers l’adoption d’une nouvelle constitution », l’ancienne ministre en charge de l’Environnement, Hadja Kadiatou Ndiaye, a soulevé plusieurs manquements dans le domaine de l’assainissement, qui, pour elle, doivent être consignés dans la nouvelle constitution.

À l’entame, Kadiatou Ndiaye a tout d’abord indiqué que le gouvernement a reconnu les faiblesses dans le domaine de l’assainissement et qu’il est en train de les corriger.

« Moi je suis sur ma faim, poursuit-elle, quand je rentre dans certaines concessions. Des gens font de très belles maisons en Guinée, mais la propreté reste à désirer. Et nous, les environnementalistes, disons que si le cadre de vie est propre, on peut éviter les maladies à un pourcentage très élevé… Donc on va économiser les ressources qui doivent être affectées aux soins des maladies ». Avant d’ajouter que ces mentions doivent être faite dans la nouvelle constitution, pour l’adoption de laquelle, d’ailleurs, elle s’affirme partante.

Après avoir souligné que l’abonnement de chaque famille aux PME en charge de la gestion d’ordures, doit être obligatoire dans la nouvelle constitution, l’ancienne ministre a déclaré : « On trouve que la nouvelle constitution est nécessaire. Sur le plan environnemental, il y a beaucoup de choses à dire. Vous voyez que la Guinée n’était pas comme ça, nos forêts sont en train de partir et les recommandations du ministère de l’Environnement doivent être prises en compte… »

Mohamed Soumah pour Guinee7.com  

Publicités

Laisser un commentaire