Les autorités préfectorale et régionale de Kindia ont tenu une réunion de concertation ce mardi 25 février 2020 dans la salle de conférence de la préfecture. L’objectif de la rencontre était d’échanger sur la question liée à la tenue des élections législatives couplées au référendum du 1er mars prochain.

Cette réunion qui s’est achevée à huis-clos entre les autorités locales de la région a fait aussi l’évaluation des activités réalisées par l’ANAFIC dans la cité des agrumes. Au sortir de la salle des débats, le préfet de Kindia, Elhadj N’fansoumane Touré a rappelé : “Nous savons tous que Manga kindy Camara et ses contemporains ont donné des sacrifices pour que Kindia puisse être considérééré comme une zone d’asile. Une zone de paix. Une zone où on peut se donner une certaine jouissance et une certaine croissance ééconomique. Ici, nous pensons qu’il y a la paix. La politique a tout perturbé dans ces dernières années.  Donc, nous invitons les uns et les autres à l’esprit patriotique, à l’esprit citoyen pour la paix en Guinée.  Et quel que soit votre bord politique, pour que les contradictions ne puissent pas aller dans le sens de bâtir des relations de méfiance, de répression des uns envers les autres. Nous tous nous retenons, par un décret de monsieur le président de la République, le Guinéen est appelé pour voter le 1er mars prochain. Nous voudrions que ces scrutins se passent dans le calme”, a-t-il souhaité.

Sur la question sécuritaire des élections du 1er mars, il a précisé : “Nous voudrions dire a tout le monde que la meilleure sécurité c’est ce qu’on se donne soit même. Il faut que les Guinéens de kindia apprennent à conserver les vertus de paix et agir conséquemment. Par exemple, dire vive la paix, n’est pas tout mais il faut l’incarner toi-même.  Tu te donnes les vertus de paix. Tout ce qui reste clair dans ma grande conviction va se passer dans le calme. C’est vrai il y a des agissements, on entend parler. Mais nous voudrions nous adresser directement à tous ceux qui veulent être porteurs de frustration ou de certaines manifestations de se ressaisir. Nous sommes des croyants religieux.  Qu’on soit chrétien, musulman, être chef, c’est quand Dieu veut. Parce que, c’est lui qui connait à qui faire la cession d’une partie de son pouvoir. C’est pour cela vous les hommes des médias vous avez un grand rôle à jouer pendant cette période pour pérenniser la paix dans le pays. Si ça tenait à une autorité administrative même une aiguille à kindia ne va se casser à plus forte raison une moto brûlée ou bien des boutiques défoncées. Je ne sais encore ! Que Dieu nous en garde ! C’est le seul espoir que nous formulons aujourd’hui pour qu’on parte voter dans la paix. Mais ça peut se faire en démocratie.  Certains ne veulent pas aller voter et que d’autres veulent y aller. Ceux qui ne veulent pas aller, on les demande sagement de ne pas aller pour pagailler dans les lieux de vote. Qu’on empêche les autres d’aller voter.  Les dispositions seront prises pour ne pas que nous vivions des moments d’angoisse ici. Les services de securité vont être dans leur fonction régalienne pour toujours veiller à ce que l’ordre public soit préservé ”, a-t-il laissé entendre.

A rappeler que les sous-préfets de Kindia ont à tour de rôle exposé sur l’évolution des activités de L’ANAFIC dans leurs localités.

Joseph Bangoura pour guinee7.com

628388493

Publicités