Le collectif des partis politiques (CPP) a rencontré le National Democratic Institute (NDI), ce jeudi dans un réceptif hôtelier de la place. A la sortie de cette rencontre, Dr Makalé Traoré, la porte-parole adjointe du CPP est revenue sur l’objectif de cette rencontre.

« Un ensemble de partis politiques, 89 formations, viennent de rencontrer le NDI dans le cadre de sa démarche de renforcement du dialogue entre les autorités, les partis politiques et la société civile », a entamé Dr Makalé Traoré.

Au cours des échanges, selon elle, « nous avons exprimé nos préoccupations autour du processus électoral, autour de la constitution, de la durée de la transition, du chronogramme et surtout, la nécessité de mettre en place un cadre de dialogue avec les partis politiques. La transition est éminemment politique. Notre volonté, c’est que cette transition soit réussie et que ça soit la dernière transition que la Guinée connaisse, mais cela va dépendre de la volonté des partis en présence notamment des autorités en incluant dans le cadre de ce dialogue, la classe politique qui ne demande que cela ».

« Nous avons des commissions en place qui travaillent sur la constitution, le code électoral, l’organe de gestion des élections, le fichier, le chronogramme et la réconciliation nationale. Nous sommes en train de finaliser des propositions concrètes pour accompagner la transition. Cette transition ne peut pas se passer sans la contribution de la classe politique. C’est ce que nous avons expliqué à NDI qui nous a remerciés, qui nous a écoutés avec beaucoup d’attention et qui est prêt à s’impliquer dans ce processus pour que nous puissions le réussir », a-t-elle ajouté.

Et de conclure : « ce pays a beaucoup souffert de recommencements. Nous souhaitons que cette fois-ci, la transition se passe dans de bonnes conditions et qu’elle aboutisse justement à des élections dont les résultats seront acceptés. Et pour cela nous avons insisté sur la nécessité de digitaliser notre processus électoral. Beaucoup de choses ont été faites mais c’est vrai que nos élections finissent toujours mal, parce que justement le fait qu’il n’y ait pas cette digitalisation qui permette une remontée automatique des informations. Ceci pose problème et nous devons nous activer à travailler dessus. NDI a promis d’accompagner dans ce sens et va continuer ses rencontres et donc nous restons à l’écoute. »

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199