Ces derniers jours, la Coopérative des boulangers de Labé avait menacé d’augmenter le prix du pain à partir de ce lundi 25 Janvier 2021. A la suite de cette menace, qui était devenue persistante, le Préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah, avait reçu, vendredi dernier, la Chambre de commerce ainsi que les responsables des boulangers autour du sujet. A l’issue de cette rencontre, le Préfet avait expliqué qu’il n’y avait pas de raisons valables pour augmenter le prix du pain. « On nous avait rapporté que le Syndicat des boulangers s’était réuni pour proposer de vendre, à partir de ce lundi, le pain à 4.000 FG. Je leur ai dit qu’officiellement le prix de la farine n’est pas augmenté. Monsieur le Ministre du Commerce qui avait décidé d’augmenter le prix de la farine, est revenu, sur instruction du Président de la République, au prix normal. Ces boulangers devraient se concerter avec les autorités, soit avec le Maire ou le Préfet ; ce qui ne fut pas fait. Je leur ai dit que quiconque vendra le pain à plus de 3.000 FG sera interpellé. A partir d’aujourd’hui, je déploierai les forces de sécurité sur le terrain. Ils iront sillonner ; quiconque vendra le pain à 4.000 FG ou plus sera interpellé. Les commerçants qui vendront la farine au-delà du prix officiel seront aussi interpellés. Et enfin les boulangers qui menacent ceux qui revendent le pain à 3.000 FG seront considérés comme des agresseurs et en conséquence, ils seront traduits devant la justice »  .

Malgré les mises en garde du Préfet, certains  boulangers n’abdiquent toujours pas ; plusieurs boulangeries sont restées fermées dans la matinée de ce lundi 25 Janvier 2021, et dans les boutiques des différents quartiers, le pain se vendait à 5.000 FG.

Face à la crise dans la ville, certains gérants de cafés et restaurants disent prendre la provision de ce lundi à Pita.

Sam Samoura pour Guinee7.com