Selon la victime,  Aguibou Diallo,  l’acte s’est passé le 1er jour du mois de ramadan. Ce jour, il dit avoir été intercepté par deux gendarmes pendant qu’il traversait une route en plein chantier. Sa moto lui a été retirée et les hommes en uniforme lui ont demandé de payer une contravention de 50.000FG.

«  J’avais un passager avec moi, arrivé au siège de la DPE, deux gendarmes nous ont interceptés, ils ont retiré les clés de ma moto et m’ont demandé de payer une contravention de 50.000FG.  J’ai dit que je n’avais pas d’argent, ils m’ont dit que si je ne paie pas qu’ils amèneraient ma moto à leur base. Pendant que je plaidais auprès du 1er, le second lui, a allumé la moto et est parti vers l’escadron. J’ai proposé 20.000FG il a refusé. Le temps pour moi d’arriver à l’escadron non loin du lieu où nous étions, j’ai trouvé que le gendarme en question était déjà rentré dans la cour de la gendarmerie. Ils m’ont interdit de rentrer dans la cour, j’ai répliqué en disant de me remettre ma moto à défaut me tuer. Ainsi quand le commandant est venu, ils lui ont dit, qu’ils ont remis la moto à la personne avec laquelle j’étais. Le commandant m’a dit de quitter les lieux, ils m’ont roué de coups avec des matraques, c’est ainsi que j’ai quitté l’escadron. Je me demande comment on peut retirer les clés de la moto avec moi avec mon gilet de taxi motard et prétendre remettre cette moto au passager que je ne connais même pas. Je suis allé me plaindre chez le syndicat de taxi moto. Depuis maintenant plus de deux semaines, nous suivons le dossier, finalement on nous a renvoyé vers la brigade de recherche qui m’a entendu ainsi que les deux agents »

Contacté par nos soins, le syndicat des taxi-motos a confié suivre le dossier et qu’il serait en bonne voie. De ce coté, on nous informe qu’à défaut de restituer la moto, les deux agents sont en phase de rembourser le prix de la moto après concertation avec la victime. 

Le commandant de la brigade de recherche de la gendarmerie de Labé, s’est contenté de nous confier qu’il était sur les enquêtes sans en dire plus.

Aguibou Diallo lui, réclame en plus de sa moto un dédommage du préjudice subit. Il demande que la recette journalière de 30.000FG lui soit versée pendant tous ces jours d’arrêt.

Sam Samoura pour Guinee7.com