Le mariage précoce est un phénomène de société très répandu dans la région du Foutah. A l’occasion de la fête de l’Eid el fitr passée, Hassatou Diallo, a décidé de déserter le foyer conjugal après un an de mariage pour lequel, elle n’était pas consentante. Résidente dans le quartier de Safatou, la jeune fille dans sa marche, a fini par se retrouver dans le quartier  Pounthioun.

Je ne connais pas mon âge, ma mère parle de 15 ans, mon père, de 16 ans

Désemparée, elle finit par demander de l’aide dans une famille, tard dans la nuit de Samedi à Dimanche dernier ; cette famille après avoir posé plusieurs questions à la jeune fille, a alerté la gendarmerie mobile N°8 de Labé qui est venue la prendre pour la conduire à son siège où elle a passé la nuit. Interrogée, la jeune fille dit ne plus vouloir de ce mariage pour lequel d’ailleurs elle n’a jamais consenti depuis une année. « Le Samedi j’ai quitté la maison pour aller me récréer dans un lieu de loisir j’y suis restée jusque tard la nuit. J’ai décidé de ne plus repartir à la maison parce qu’en réalité je ne veux pas de ce mariage. D’ailleurs depuis le début, je ne voulais pas de ce mariage mais ma mère m’avait dit que si j’opposais un refus, que mon père allait la renvoyer et, elle allait avoir honte de ses coépouses voilà comment j’ai été mariée. Il y a de cela une année depuis le mariage, mais je ne suis pas du tout heureuse. Tout ce que je veux aujourd’hui, c’est de quitter ce foyer. Je ne connais pas mon âge, je n’ai jamais été scolarisée, quand je demande à ma mère, elle me dit que j’ai 15 ans, mon père lui parle de 16 ans. »

Hassatou se réjouit du fait de n’avoir pas contracté une grosses pendant cette année de mariage « Comme je n’ai pas contracté de grossesse, Dieu merci, maintenant je veux retourner chez mes parents ».

dites moi comment m’y prendre face à une fille que vous appelez mineure et qui est incontrôlable à la maison ?

Convoqué par la gendarmerie, le père de la jeune fille  a déclaré ceci : «  Ma fille a 16 ans, vous qui parlez de mariage précoce, dites moi comment m’y prendre face à une fille que vous appelez mineure et qui est incontrôlable à la maison ? Quand elle sort, elle ne rentre que tardivement. Si à cause de ça, je dois faire la prison, ou même mourir, je suis prêt. » Ensuite, à sa femme d’enchainer : « C’est ma fille, mais on n’arrive plus à la contrôler à la maison. Donc pour ne pas qu’on ait des choses indésirables, la solution, c’était de la donner en mariage. »

A la gendarmerie, pendant que les agents étaient en train d’entendre le père de la jeune fille sur procès verbal, le commandant de l’escadron a reçu un appel téléphonique du secrétaire général des Collectivités décentralisées de Labé, en l’occurrence, Lanciné Sangaré via le beau père de la jeune fille. Après les échanges téléphoniques, M. Lanciné Sangaré a demandé à la gendarmerie de renvoyer le dossier au comité préfectoral de défense et de protection de l’enfance dont il est le président. Ce qui fut alors fait.

Joint au téléphone dans la matinée du mardi 18 mai 2021, Madame Kadiatou Bailo Soumano, chargée des questions de l’enfance à la préfecture de Labé nous a déclaré que l’affaire a été résolue. Elle affirme qu’avant même de siéger avec les deux familles, le beau père de la jeune fille qui se trouve être un cadre de la direction préfectorale du Plan de Labé, l’a informée du divorce et que la jeune fille a été ramenée dans sa famille.

il n’a jamais été question de divorce, je vous dis que le problème est résolu

Chez la famille de la jeune fille, la version est tout autre. Les parents joints au téléphone nous ont dit ceci : « Hier notre beau-père nous a appelés pour nous dire que le problème est définitivement résolu du coté de la gendarmerie », nous a confié le père. A la question de savoir si leur fille, leur a été définitivement rendue, le père infirme : « Non, il n’a jamais été question de divorce, je vous dis que le problème est résolu. Nous sommes avec la fille au village, histoire pour nous de lui prodiguer des conseils. Notre belle famille fait pareil à leurs fils, ensuite la fille va regagner son foyer. Il n’ya aucun problème. »

Sam Samoura pour Guinee7.com