Les manifestations contre le double scrutin (législatif et référendaire) se poursuivaient mercredi 25 mars à Labé. Dans la journée, des jeunes avaient érigé des barricades et brûlé des pneus dans quelques endroits de la ville. Voulant couvrir ces événements, notre confrère Saifoulaye Diallo, correspondant de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) s’est rendu sur le terrain, plus précisément à Sassé, dans le centre administratif où selon lui, des gendarmes lui ont  sciemment tiré une grenade lacrymogène dessus. 

Sur place, des agents de la Croix rouge lui ont porté secours. Il a été transporté dans un premier temps dans une clinique privée de la place, pour les premiers soins, avant d’être conduit aux services des urgences de l’hôpital régional de Labé. 

Après près de 2heures de soins intensifs, notre confrère nous a confié ceci : ‘‘À 14h, quand je me rendais à la maison pour prendre mon déjeuner, je me suis dit de faire un tour par Sassé où des manifestations ont été signalées. À 15 mètres des agents, ils m’ont intimé de rebrousser chemin. Je me suis arrêté comme je n’avais pas de gilet, je voulais leur expliquer que j’étais journaliste et que je travaillais au gouvernorat. Dès que j’ai dit que je suis journaliste au gouvernorat, ils ont dit que c’est toi même retourne sinon on te descend. Je me suis arrêté pour quelques secondes, ils ont pris des pierres pour me cogner. Comme j’ai vu que c’était sérieux, j’ai allumé ma moto pour rentrer. Mais je partais tout doucement. C’est ainsi que j’ai entendu l’un des agents dire, il faut tirer sur sa tête, j’ai aussitôt tourné ma tête pour voir ce qui se passait. Et soudain, c’est une grenade lacrymogène que je prends en plein visage. Je me suis battu pour continuer à quelques mètres je saignais énormément, c’est là que la Croix m’est venu au secours.’’

Notre confrère soutient que ce sont les gendarmes qui se sont attaqués à lui : ‘‘C’est bien des agents de la gendarmerie. Ils portaient des tee-shirts noirs et des pantalons de couleur verte.’’

Au service des urgences, nous n’avons pas eu d’interlocuteurs pour en savoir plus sur la nature des blessures. Il faut préciser que Saifoulaye Diallo a passé la nuit d’hier à l’hôpital en attendant de voir l’évolution de son état. 

Sam Samoura pour Guinee7.com