Le Ministre des Guinéens de l’étranger, Sanoussy Bantama Sow a organisé une conférence de presse  dans son bureau ce mercredi 24 décembre. Avec pour objectif d’éclairer la lanterne de l’opinion sur la situation des étrangers en Angola et des Guinéens en particulier.

Le ministre Bantama Sow a tenu à préciser que les informations qu’il détient proviennent de la représentation guinéenne en Angola et que la Guinée est la deuxième communauté étrangère la plus nombreuse en Angola, après la République démocratique du Congo.

Et de préciser : « La situation est grave. Avant la vague d’arrestations lancée le 19 décembre dernier, au moins 140 ressortissants guinéens étaient détenus dans les prisons angolaises. Mais avec la collaboration de l’OIM (Organisation Internationale de la Migration), la Guinée a pu rapatrier à ce jour 17 compatriotes désirant regagner le bercail. Mais depuis le 19 décembre 2014, une deuxième campagne d’interpellation visant 35 nationalités est en cours. Sur onze mosquées, neuf appartiennent aux Guinéens. A ce jour 3045 Guinéens ont été arrêtés. A ce jour, 2 161 ont été libérés, alors que 884 restent détenus. Parmi ces 884 détenus, huit femmes en état de famille, dont une dame relaxée .»

A la question de savoir ce que les autorités guinéennes comptent faire pour faire libérer leurs compatriotes, M Sow précise : « On a voulu discuter avec l’ambassadeur d’Angola en Guinée, mais il a refusé. Je n’hésiterai pas à dire que notre diplomatie est malade. Ce que nous demandons c’est que nos compatriotes qui ne sont pas dans une situation d’illégalité soient libérés. Ce qui se passe en Angola ne se passe nulle part ailleurs. Il  faut qu’il y ait des discussions   à haut niveau pour trouver une solution définitive à ce problème.»

El Hadj MKoula Diallo

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici