President of Guinea transition General Sekouba Konate speaks during a meeting with other political parties at the presidential palace in Conakry in this June 26, 2010 file photo. REUTERS/Luc Gnago

Le président de la transition de 2009-2010, le Gal Sekouba Konaté alias « El Tigre » s’est également prononcé, ce jeudi, sur le reversement du pouvoir du président Alpha Condé par la junte militaire. C’était pendant une interview qu’il a accordée à nos confrères de la radio Espace.

A l’entame, le Gal Sékouba Konaté a félicité la junte dirigée par le Colonel Mamady Doumbouya pour, dit-il, avoir pris ses responsabilités envers le peuple de Guinée.

Il a, dans la même lancée, demandé à l’armée guinéenne de « resserrer les rangs derrière le Colonel Doumbouya, parce qu’il est en train de défendre une cause juste et noble. Et je suis entièrement à la disposition des nouvelles autorités ».

Le général Konaté a tout de même déploré le fait que des images du président déchu (Alpha Condé) après son arrestation, se soient retrouvées sur les réseaux sociaux. « C’est très regrettable, parce que quand quelqu’un vient au pouvoir après 2 mandats, il pouvait remettre le pouvoir à quelqu’un de son entourage…Il serait sorti par la grande porte. Mais une sortie comme ça, c’est vraiment très déplorable », s’est-il indigné.

Ayant géré la transition en Guinée durant 6 mois, Sekouba Konaté estime qu’il faut donner « assez de temps aux nouvelles autorités du pays pour qu’elles puissent mettre des bases solides pour ne plus qu’on revienne sur les mêmes choses. Au minimum il faut leur accorder 3 ans et au maximum 5 ans ».

En guise de contribution pour une réussite de cette nouvelle transition « El Tigre » a fait savoir : « Il faudrait vraiment qu’ils se débarrassent des démagogues, hypocrites, des menteurs… Les Guinéens sont fatigués, ils veulent voir de nouvelles têtes. Des hommes et des femmes de talent qui viennent de l’intérieur et de l’extérieur du pays. Des hommes qu’il faut à la place qu’il faut. »

« Il faudrait, ajoute-t-il, que le système change. Il faut de nouvelles têtes comme eux. C’est une nouvelle génération de militaires qui a pris ses responsabilités. Donc il faut également une nouvelle génération de gouvernants. Ce système est là depuis les années 80-90. Pourtant on a de très grands cadres à l’intérieur et à l’extérieur du pays ».

Mohamed Soumah pour Guinee7.com