Préoccupé par la situation dans le pays depuis le scrutin du 18 octobre, le barreau de Guinée, à travers son bâtonnier, Me Djibril Kouyaté, a publié, ce mardi 27 octobre, à Conakry, une déclaration.

Cette déclaration, selon lui, est issue d’un examen de la situation fait par l’ordre des avocats lors d’une réunion qui s’est tenue,  lundi dernier.

Le barreau de prime abord a fait observer que : « malgré l’atmosphère très tendue qui a précédé la tenue des élections présidentielles du 18 octobre 2020, l’événement lui-même s’est déroulé dans le calme, la paix et la tranquillité. Les citoyens se sont massivement rendus dans les bureaux de vote et ont sans difficultés accompli leurs devoirs citoyens de vote. »

« Tout paraissait partir sous de bons auspices sauf que soudainement tout a basculé dans une violence inouïe, inutile et malheureusement préjudiciable à l’équilibre social déjà profondément affecté », a-t-il poursuivi.

Avant de déclarer: « sans parti pris dans le débat politique relativement à la victoire d’un camp ou d’un autre qui met en face les volontés engagées des acteurs politiques et qui participe en temps normal d’un débat contradictoire utile en démocratie, le barreau de Guinée s’inquiète et interpelle. »

Rappelant son attachement « à la liberté de manifester comme mode d’expression du citoyen », le barreau dans sa déclaration a aussi appelé « les acteurs de tout bord à la retenue à tempérer leurs propos et à éviter d’attiser la haine entre les communautés ».

Aussi, le barreau de Guinée a regretté « les morts et les blessures de personnes innocentes survenues à l’occasion des manifestations politiques et publiques, s’incline devant la mémoire des personnes tuées, souhaite prompt rétablissement aux blessées, appelle à l’ouverture immédiate d’enquêtes et d’informations judiciaires en vue de situer les responsabilités de quelque nature et toutes les personnes impliquées ou susceptibles de l’être».

Enfin, le barreau s’est dit « à la disposition de l’ensemble des acteurs politiques, publics et de la société civile pour entamer à la première demande, quelques initiatives de dialogue et/ou échange dans le cadre de négociations conformes aux vertus républicaines ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com