Le conseil national des organisations de la société civile de Guinée s’implique dans la lutte contre la faim. Ses membres  veulent allier leurs forces à celles onusiennes pour le renforcement de la nutrition en Guinée. Pour atteindre cet objectif, des questions liées à la politique, au processus électoral  ne peuvent avoir une place de choix, a fait remarquer le président du cnoscg, Dansa Kourouma.

Selon les statistiques, une personne meurt de faim toutes les quatre heures dans le monde. En Guinée, la problématique sur la nutrition semble être méprisée et nombreux sont les citoyens qui vivent dans des  conditions difficiles. Alors que le pays est doté  d’un potentiel économique, un paradoxe pour Dansa Kourouma.  «Le taux de malnutrition a atteint en Guinée un seuil inacceptable dans un pays qui dispose d’énormes  ressources du sol et du sous-sol, dans un pays où il pleut abondamment, dans un pays où des grands projets miniers ont fait leur apparition», s’est plaint Dansa.

Le conseil national des organisations de la société civile à travers des outils informatique compte impliquer tous les mouvements citoyens pour arriver à ses fins.

Ces événements coïncident à la célébration de la journée mondiale de l’alimentation. Selon le  dernier rapport établi à Rome par la FAO, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation  et l’agriculture, 868 millions de personnes sur la période de 2010/2012 souffrent de la faim.

J B