Ce samedi, les membres du conseil national des organisations de la société civile guinéenne se sont réunis dans un réceptif hôtelier de la place.

Toutes les préoccupations du pays doivent  être examinées par des spécialistes, le président du CNOSCG, Dansa Kourouma s’explique : « La première édition a la particularité de mettre en  place des groupes thématiques. Les groupes thématiques, c’est la cheville ouvrière  de la société  civile. Dans mes propos, j’ai parlé de l’existence de l’expertise. On ne peut pas critiquer la gestion économique du pays si nous  n’avons pas d’experts  économistes  qui sont capables d’analyser de manière impartiale et de ressortir les faiblesses.»

Ce qui attire aussi l’attention des participants, c’est le rapport entre les citoyens et sa société civile. « Nous allons revoir pour que cette population, ces citoyens retrouvent leur refuge, leur crédibilité  au niveau du CNOSCG. C’est pourquoi nous avons dit pour renouveler le contrat avec les citoyens,  il faut tenir le programme ‘’contrat citoyen’’ »  a indiqué Boubacar Fofana, quatrième vice-président chargé des questions sociales du CNOSCG.

A la conférence annuelle des coalitions, l’atmosphère est appréciable pour les participants. La démarche dans ce contexte semble bien partie. « Avec cette multitude des coalitions de la  société civile guinéenne, se réjouit un participant, c’était quand même intéressant qu’on se retrouve là pour essayer de réfléchir sur cette thématique.»

Ce coup d’essai doit poser des résultats. Les partenaires quant à eux, sont déterminés à accompagner une société civile qui peine à asseoir ses principes.

JB.