Exceptées les frontières avec les autres pays, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) a ordonné, dans un communiqué, la levée de tous les barrages sur l’étendue du territoire.

« Il est ordonné avec effet immédiat, la levée de tous les barrages sur le territoire national excepté ceux des frontières. Les dispositifs fixés sont remplacés par les dispositifs mobiles. ll est à rappeler que les patrouilles n’ont pas mission de fouiller sauf sur la base de renseignements. Il est aussi demandé aux populations civiles de se conformer aux règlements en vigueur et de s’abstenir de donner de l’argent aux éléments des forces de défense et de sécurité. Il est également recommandé aux populations de contribuer activement aux renseignements. Le chef d’état-major général des armées, le haut commandant de la gendarmerie nationale, directeur de la justice militaire et le directeur national de la police sont chargés en ce qui les concerne de l’application stricte du présent communiqué », indique le communiqué.

Cependant, sur la route de Fria, aux « quatre ponts » et à Bawa, les passagers ont remarqué les barrages ce petit matin. « Une jeune fille, faute de carte d’identité, a payé à chacun de ces barrages, 10 mille GNF, pour pouvoir passer. Aux quatre ponts, quand nous avons rappelé à l’agent que les barrages ont été levés avec effet immédiat, sa réponse a été qu’ils n’ont pas encore reçu le message  », nous a dit un témoin.

Par ailleurs, certains internautes en commentant la décision du CNRD, saluent la levée des barrages et le démantèlement des PA, mais l’exhorte à engager « une lutte sans merci contre les hors la loi qui vandalisent, brutalisent, volent et tuent ».

Il est vrai que le banditisme refait surface à une vitesse grand V. Sans compter le désordre dans la sécurité routière.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com