Les ordres professionnels ont rencontré ce mercredi au Palais du peuple de Conakry, les membres du CNRD, avec à leur tête, le Colonel Mamadi Doumbouya. Au sortir de la rencontre, les différents acteurs ont rendu compte.

Me Djibril Kouyaté, président de l’ordre des avocats de Guinée

« Nous avons rappelé que la profession d’avocat que nous exerçons est une profession libre et indépendante ; qui est certes apolitique, mais qui a un rôle de veille sur l’exercice du pouvoir et surtout sur le respect des droits humains et des libertés individuelles. Donc, nous leur avons fait remarquer que c’est pour cela qu’à chaque fois qu’il y a eu violation de ces droits et libertés, le barreau a cru devoir intervenir. Nous leur avons dit aussi qu’il faudra désormais que le barreau soit placé au centre du système judiciaire ; que les rapports entre les juges et avocats soient sincères et loyaux. Parce que les avocats sont l’interface entre les juges et les justiciables, surtout quand on sait que dans nos pays ils sont très jeunes… Nous sommes satisfaits. Le simple fait même de nous recevoir est satisfaisant ».

Dr Hawa Diakité, présidente du Conseil de l’Ordre des Pharmaciens de Guinée (COPG)

« Nous nous sommes battus et nous avons obtenu des avancées. Le nombre de sociétés distributrices en Guinée était de 105. L’ordre des pharmaciens et son syndicat l’ont réduit à 10. Nous tenons à ce que ces acquis soient préservés. Parce que toutes ces sociétés déversent des médicaments sur le marché qui ne sont pas des médicaments de qualité. La santé de la population est exposée. Nous attendons un assainissement du secteur pharmaceutique en appliquant la loi pour que tout rentre dans l’ordre. Le président du CNRD Mamadi Doumbouya nous demande de faire des propositions concrètes et beaucoup plus détaillées qui seront prises en compte ».

Mory Cissé, président de l’ordre des experts comptables

« J’ai voulu mettre en avant la bonne gestion des affaires de l’Etat. Cela nous interpelle parce que c’est ça notre métier. Nous sommes très satisfaits que le président ait réitéré cela et l’ait appuyé de façon forte. Sincèrement ça nous va droit au cœur. Nous avons décidé, mes compagnons et moi de les accompagner. J’ai montré aux autorités quelles sont nos activités ; qu’est-ce que nous pouvons faire pour répondre à la préoccupation dont il a fait acte en disant qu’il faut que les biens de l’état soient sécurisés, que la gouvernance soit la règle dans le pays. Notre ordre est prêt à les accompagner pour les missions d’audit qu’ils souhaitent mettre en place ».

Ibrahima Cissé, Président de l’Ordre National de la Médecine Libérale (ONAMEL)

« Cette rencontre a été fructueuse dans la mesure où plusieurs maux dont la Guinée souffre ont été exposés. C’est une prise de contact, tout ne pouvait pas être débattu. Il a été dit des structures sanitaires privées que ce sont des mouroirs. C’est une accusation envers les services privés alors que la médecine de proximité rapporte beaucoup. Mais très malheureusement, le secteur est très ségrégué. Beaucoup de médecins dans les hôpitaux publics sont devenus des cliniciens. Ils ont bien souligné, la prolifération des cliniques privées, c’est vrai. Mais, il faut rappeler à ce niveau que nous employons des milliers de médecins qui sont sur le terrain. S’il faut que ce secteur soit ségrégué, alors que tout le monde ne peut pas évoluer dans le public, il faut voir ce qu’il y a lieu de faire. De toutes les façons, un mémorandum est demandé. Il sera à la disposition du président du CNRD, le Colonel Mamadi Doumbouya et très certainement, nous aurons beaucoup de choses à dire, dont nous sommes convaincus qu’il tiendra compte ».

Abdou Lory Sylla et Bhoye Barry pour guinee7.com