Le Comité Miss Guinée (COMIGUI) poursuit sa traversée du désert. Après les soubresauts au tour de l’organisation de l’édition 2017 de Miss Guinée, le tollé (moins justifiable) à propos du concours Miss Africa Continent, remporté par Asmaou Diallo (Miss Guinée 2017), de nouveaux problèmes surgissent par rapport à la participation guinéenne au concours Miss Monde.

Des sources proches du COMIGUI ont confié à notre rédaction, des informations qui sortent de l’ordinaire : « Le comité s’est endetté pour payer la caution, qui s’élève à 5000 dollars. Le billet de la fille et toutes les dépenses autour de sa participation… A noter que la Miss est seule en Chine (lieu du concours), aucune délégation ne l’accompagne. » Notre interlocuteur est d’autant plus indigné que d’autres pays embarquent plus de 50 personnes, dans des jets privés pour prendre part à l’évènement.

Pourquoi le COMIGUI n’a pas bénéficié de la subvention du ministère ?

« Il y a un préalable, c’est la mise en place du nouveau COMIGUI. Pour le moment rien n’est décidé. » Nous a répondu Fodéba Isto KeÏra, secrétaire général du ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique, que notre rédaction a pu avoir au bout du fil.

Sans ce ‘’préalable’’, Miss Asmaou ne représente-t-elle pas officiellement la Guinée ? Avons-nous posé comme question : « Non. Répond Isto KéÏra. Je ne peux pas dire ça directement, parce qu’on n’a pas remis en cause sa couronne. Mais il y a des préalables, ils (les membres du COMIGUI) seront là demain ou après demain [mercredi ou jeudi], pour travailler avec une commission que nous avons mise en place, une fois que cela est fait, je crois qu’il n’y a pas de problème. »

Donc pas de subvention pour le moment ? « Les subventions sont bloquées, il faut que le nouveau bureau qui va être là soit publié, connu et que le travail commence », tranche-t-il.

Nombreux sont ceux qui se posent des questions sur la prochaine configuration du COMIGUI. Le secrétaire général du département en fait la description : « Le ministère en fera son problème. C’est-à-dire que c’est une activité désormais du ministère, qui va déléguer ses pouvoirs à des individus qui vont faire le travail et qui rendront compte au département, comme partout ailleurs. »

Alpha Mady pour Guinee7.com