“Les autorités religieuses se sont mobilisées pour s’engager dans une sortie de crise (…), ils ont fait une déclaration dont tout le monde connait la teneur. Après leur démarche envers nous, nous avons accepté d’observer une trêve pour la semaine prochaine en attendant de voir comment va évoluer leur démarche auprès des autorités guinéennes”, a annoncé Abdourahamane Sano, coordinateur national du FNDC.

Il poursuit en disant qu’en tout état de cause, “nous demandons à tout le monde de demeurer mobilisé, vigilant et prêt. Au cas où les autorités guinéennes refuseraient les propositions des religieux que nous soyons encore là à continuer à nous battre jusqu’à ce que  le président Alpha Condé réalise que le 3ème mandat est une  tricherie qu’on n’acceptera jamais. Nous avons un président va-t’en guerre qui ne réalise pas ce que nous voyons (…). Nous assistons à des tueries, des exactions et on refuse même que les personnes tuées puissent être transportées à la morgue sans l’autorisation d’un procureur de la République, même pour amener les blessés dans les structures sanitaires, il faut l’autorisation d’un procureur de la république. On est déshumanisé dans ce pays-là, pour juste l’ambition d’un homme de se maintenir au pouvoir”, a-t-il renchéri.

Pour lui, l’ordonnance du président Alpha Condé fixant les modalités d’organisation du référendum les renforce sur leur position. “Tous ces actes commis par le pouvoir nous renforcent dans nos convictions de se maintenir dans la logique du combat jusqu’à la victoire finale”, a-t-il fait savoir.

Pour finir, Abdourahamane Sano, réitère qu’: “On ne permettra à personne de s’imposer sur le peuple de Guinée par la force. Un coup d’Etat c’est un Coup d’Etat quel que soit sa forme, Alpha Condé veut imposer le coup d’Etat par la force, par la violence, par la psychose, par la division. (…) Nous sommes dans la détermination mais dans la non-violence pour qu’on porte barrage à ce projet et on est déterminé pour ça.”

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199