Monsieur de la ROCHEFOUCAULD ne savait pas si bien dire lors qu’il énonçait sa maxime : «  Ces temps- ci  la vérité est si cachée et le mensonge si établi qu’à moins d’aimer la vérité on ne saurait la reconnaître »

Ces derniers temps à l’UFDG,  la VERITE outragée, se voile la face devant l’impudeur et l’impudence des mensonges grossiers et des affabulations grotesques étalées sur la voie publique par une certaine frange de l’opinion instrumentalisée au service des caciques du parti paniqués à l’idée de devoir rendre des comptes.

Qui a donc autant peur de l’expression de la VERITE pour chercher à l’étouffer,  quitte à orchestrer  une campagne hystérique  de dénis et  de diffamations à l’endroit du FORUM DES CADRES dont le seul crime est d’avoir osé produire un document pour une proposition de réformes ?

Un constat  est fait des multiples dysfonctionnements  qui  gangrènent  la structure et l’appareil du Parti.  Des voies de solutions  ont été conséquemment  recommandées.  Cette œuvre convie et devrait susciter l’établissement d’un cadre de  dialogue approprié  pour  une discussion franche,  conviviale et féconde.

L’UFDG est, ou devrait être à notre sens, une MAISON COMMUNE et non la chasse gardée de quelques privilégiés  qui,  par calcul, censurent et jettent l’anathème sur toute idée qu’ils pressentent menacer  leurs acquis, leur confort  et autres avantages.

Pourquoi cette préoccupation pathologique  à vouloir tout régenter et  tout  asservir à leur seul profit ?

Pourquoi une œuvre de réflexion  politique est taxée d’incitation à la rébellion et les auteurs menacés d’apostasie et d’excommunication par une hiérarchie au nombrilisme fantasmatique ? A la suite de quels avatars  sommes  nous passés de la logique à l’hystérie ;  de la promotion d’une culture démocratique à l’instauration d’un système fermé privilégiant l’intolérance et  l’exclusion ?

Cette mise à  l’index systématique d’un document  sur  la base d’un jugement hâtif fondé sur des à priori,  d’un parti pris et d’une mauvaise foi caractérielle, est la marque de fabrique de tout  pouvoir totalitaire. Dans son excellent ouvrage intitulé : ’’ LA NOUVELLE CENSURE ’’, JEAN FRANCOIS REVEL  révélait bien à propos :

«Discuter un argument, c’est en prendre connaissance, y réfléchir donc éventuellement y succomber. C’est aussi l’exposer, donc  le répandre. Mieux vaut le supprimer, soit par la censure directe quand on a le pouvoir, soit par une censure indirecte qui consiste… à ignorer délibérément les arguments et les  faits présentés, ensuite à jeter la suspicion sur [les auteurs] leurs mobiles, à les accuser d’être stériles, destructifs, de ne proposer aucune solution de rechange ».

Quoi, dans ce document, à la suite d’un examen  objectif et analytique, peut heurter la conscience d’un militant de bonne foi  et sincèrement acquis à la CAUSE ? Pourquoi,  ne serait-ce que par souci d’honnêteté intellectuelle,  ne pas accorder aux  militants le soin de prendre connaissance sereinement des arguments présentés dans ce dossier et de se bâtir une opinion sans préjugés  ni  pré-requis?

Pourquoi le militant est-il considéré comme un débile politique et un éternel attardé mental  pour qui,  il faut mâcher la subsistance pour la rendre digeste en l’absence de tout débat contradictoire ?

Pour mieux appréhender le contexte,  il a été rappelé  dans un texte  liminaire,  en quelles circonstances,  ce document a été élaboré.   Ensuite les occasions ratées et les multiples obstacles qui ont nui à son exploitation. Notons également, pour information, que depuis  Décembre 2015 nous attendons la confirmation officielle d’un rendez-vous, devenu hypothétique, qu’avait fait  miroiter  la Direction du Parti afin d’en empêcher la large diffusion.

A en croire les arguties  de nos contempteurs, le moment n’est pas opportun pour un débat. Depuis  deux ans déjà, les circonstances ne sont point favorables.  Cela a débuté avec  la tentative de « réconciliation »  de Dakar et s’est poursuivi avec le prétexte de la nécessaire « solidarité »  à l’approche des échéances électorales, ensuite ce futl’obligation «  d’unanimisme »durant la campagne  suivi par l’indispensable «  union sacrée » durant les moments d’épreuve. A ce compte toute discussion sérieuse, tout débat démocratique risque de passer à la trappe des illusions perdues.

Et on ne peut résister à la tentation de citer, une fois de plus, Jean François Revel qui assène: « Il serait, paraît-il, blâmable de soulever certains lièvres à un moment  où des circonstances exceptionnelles, font apparaître comme une manœuvre, la publication d’un livre sur des sujets explosifs. Et beau principe directeur, pour une action démocratique et éclairée, que de proscrire la discussion des problèmes sérieux justement dans les périodes de mutation décisive ».

Le mot est dit, le subterfuge dévoilé : les apparatchiks tapis dans les rouages de l’appareil,  se cramponnant à leurs privilèges et profits mesquins, veulent conserver le statu quo  pour sauvegarder leurs intérêts égoïstes. Pour éviter  d’affronter  et  de répondre aux motifs exposés par une discussion rationnelle et civilisée, ces personnes veules,  pleutres et amnésiques organisent une contre-attaque en règle contre les auteurs désignés et les taxer de rebelles,  les discréditer et les jeter en pâture à un public  désorienté  et vindicatif. On recourt alors aux techniques les plus viles de manipulation des masses, on tombe dans les médisances les plus grossières et on véhicule les inepties les plus outrancières  à l’exemple de leur émule et maître de sinistre réputation : le docteur GOEBBELS, ministre à la propagande du Régime nazi, qui proclamait: « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » et sa tirade attitrée : «  Plus le mensonge est gros, et plus les gens y croient ».

L’officine commise aux basses œuvres  en charge de la désinformation et de l’intoxication est appelée à la rescousse pour turbiner à plein régime,  voire faire des heures supplémentaires au vue de l’abondance de la matière à traiter. Et assurément, elle doit être en panne d’inspiration, à en juger par la piètre qualité de la production et la trivialité des dernières trouvailles.

Mais les commanditaires en seront pour leur frais et tout cet investissement sera peine perdue.

Notre engagement demeurera intangible et  notre profession de foi restera  inviolée.                     . Nous poursuivrons  avec abnégation et  responsabilité la mission que nous nous sommes assignés. Personne ne parviendra  à altérer notre détermination ou à  nous distraire  de notre but.

Nous sommes convaincus que le combat que nous menons est le seul qui vaille et nous le poursuivrons jusqu’à son terme. Qu’importe les embûches et les chausses trappes dressés sur notre route, notre détermination sera sans faille. Nous aurions pu succomber, comme tant d’autres, au chant des sirènes et rejoindre le sérail si attirant et si gratifiant  des  thuriféraires et des dociles zélateurs. Nous aurions pu nous  confondre dans le chœur des vagissements laudateurs  mais plaise à DIEU que nous ne soyons ni versatiles ni pusillanimes. La palinodie ne figure  pas  dans nos attributs et notre volonté restera inébranlable parce que nous assumons nos choix.  Notre éducation,  notre formation et notre credo tant réaffirmé nous interdisent  toute  inféodation et toute soumission  à des motivations contraires à notre vocation ou étrangères à notre mission de cadres du PARTI.  Nous n’accepterons  aucun diktat, nous n’émargerons à aucune chapelle parce que notre indépendance d’esprit et notre liberté d’action sont à ce prix.

Et nous proclamons ici plus fort qu’ailleurs, que nous sommes opposés à  l’instrumentalisation des objectifs de L’UFDG à des fins de promotion personnelle et d’ambitions inavouables. Nous nous dresserons contre les conservatismes et les oppressions d’où qu’ils viennent.  Nous nous opposerons à toute velléité de  transformer  l’UFDG en un PDG bis avec la résurgence d’ un responsable suprême providentiel et infaillible et  le rétablissement des messes  d’antan pour  vilipender, exposer à la vindicte populaire ou occire tout contestataire supposé ou tout objecteur de conscience. L’époque du  dirigisme obtus et de la bêtise triomphante est définitivement révolue et banni à jamais.

Qu’on ne s’y trompe donc  pas. Nous nous dresserons  contre toute volonté de transformer l’UFDG en un Parti  qui désunit, qui exclut et qui échoue.

Nous bâtirons à la place une UFDG  moderne et ouverte,  respectueuse des valeurs  sur lesquelles le Parti a été fondé : la liberté, l’unité, la justice, la solidarité et le respect de l’intérêt général.

Nous sommes convaincus que la large et profonde refondation que nous proposons, permettra au parti de conserver tout ce qui lui est convenable et glorieux.

Pour le Forum des Cadres de L’UFDG

Mr  Sacky CAMARA

Elhadj Bokar Bokoum

1 COMMENTAIRE

  1. Guinée : Cellou ourdit un plan machiavélique pour déstabiliser le régime de Conakry
    Les anciennes habitudes reviennent toujours au galop, a-t-on souvent l’habitude de dire. Ce qui se vérifie généralement à travers les actes que l’on pose en tant qu’humains. Parce que, l’homme a toujours tendance à trompé son prochain, oubliant qu’en le faisant, il se trompe lui-même. Car, si l’on peut tromper une partie du peuple, on ne peut tromper tout le peuple tout le temps.
    En se lançant dans la politique en 2007, l’ex premier ministre guinéen sous le régime de feu général Lansana Conté a suscité beaucoup d’espoir au sein de la classe politique guinéenne. Accueilli avec tous les honneurs à l’UFDG, malgré ses tares avérées en politique, Cellou Dalein Diallo n’a pas su fédérer ni drainer toutes les forces sociales et politiques qui gravitaient autour de l’UFDG. Ce qui n’était pas si grave au début, car, il suffisait d’une clique pour rectifier le tire. En s’entourant de fins politiciens qui devaient l’aider à se hisser sur le trône.
    Malheureusement, nostalgique des ‘’clans’’ sous feu Conté, il fait appel à son ancien clan de l’administration et à d’autres tarés politiques pour former son entourage. Pis, il se sert de la politique ethnique qui est pourtant un mythe dangereux pour entrainer le parti vers un avenir incertain.
    En 2010, malgré qu’il soit donné favori des sondages de la présidentielle du fait de l’écart considérable qui existait entre lui et son challenger Alpha Condé, il fut battu par ce dernier. En 2013, il fait descendre les militants et sympathisants dans les rues pour réclamer le départ de waymark. Plusieurs dizaines de militants sont morts et des centaines blessés. Quant aux opérateurs économiques, ils ont perdu des milliards de francs guinéens à cause de ces marches qui se sont révélées inefficaces.
    En dépit de tous ces sacrifices consentis, Cellou finit par trahir la confiance des militants, en signant les accords du 3 juillet 2013. Dans un passé récent de l’histoire de l’humanité, une telle trahison mérite la guillotine.
    En 2015, alors qu’on n’a pas encore fini de pleurer nos morts, il précipite le parti dans l’agonie en se jetant dans la course d’une présidentielle dont-on savait pertinemment, perdue d’avance. Vous connaissez la suite !
    Aujourd’hui, ayant perdu tout espoir d’accéder au pouvoir par la voie la plus autorisée, qui est celle des URNES, le président très controversé de l’UFDG est confronté par une crise de leadership au sein du parti qui risque de l’emporter veut passer par tous les moyens, mêmes les plus cyniques et sadiques, pour parvenir à ses fins.
    Pour assouvir ses besoins sataniques, l’homme est désormais prêt à tronquer son mentaux de « démocrate » contre celui de « kamikaze politique ». Le chef de file de l’opposition guinéenne a entrepris, depuis quelques jours, une démarche sournoise au sein de son parti. Cette démarche consiste à collecter des fonds devant servir à une multitude d’actions savamment orchestrées par lui et son clan.
    Pour la mise en œuvre, il a dépêché depuis la semaine dernière, des émissaires dans toutes les fédérations de l’UFDG à l’étranger, comme en Sierra Léone où il a envoyé un de ses proches, Telly Diallo. Leur mission consiste à collecter des fonds, qui seront ensuite redistribués dans au moins 20 préfectures considérées comme étant les fiefs du parti. Pour ce qui est de la clé de répartition, il est prévu que chaque préfecture ait 20 000 dollars américains. Soit un total de 400 000 dollars américains.
    Plusieurs objectifs sont visés, à cet effet :
    Premièrement, organiser des manifestations de désobéissance civile dans toutes les collectivités locales du pays, principalement au Fouta ;
    Deuxièmement, dissuader la justice guinéenne, dans l’affaire Mohamed Koula Diallo, à prendre des décisions à l’encontre du parti.
    Egalement, Cellou Dalein Diallo compte se servir de ce dernier point, comme bouclier, pour empêcher l’exécution de toute décision judiciaire qui lui serait défavorable.
    Cette astuce peut aussi être utilisée par le leader afin de s’enrichir illicitement sur le dos des militants et sympathisants du parti.
    Toutefois, il est important de souligner que son missionnaire Telly Diallo a été débouté par la fédération UFDG Sierra Léone qui clame haut et fort son refus catégorique de financer le parti à son état actuel. Cellou Dalein Diallo porte désormais tout son espoir sur les autres fédérations. Mais selon certaines indiscrétions, celles-ci risquent d’emboiter le pas à la Sierra Léone.
    Sur le plan interne, le leader politique n’inspire plus la confiance auprès des militants qui le trouvent « amorphe » et « indécis ». L’échec des journées « villes mortes », du 30 et 31 mars, en fait foi. Car, pour la première fois, l’opposition guinéenne enregistre un « échec cuisant » dans les journées de « ville morte ».
    DIALLO Ousmane
    Hamdalaye Ecole

  2. Guinée : Cellou ourdit un plan machiavélique pour déstabiliser le régime de Conakry
    Les anciennes habitudes reviennent toujours au galop, a-t-on souvent l’habitude de dire. Ce qui se vérifie généralement à travers les actes que l’on pose en tant qu’humains. Parce que, l’homme a toujours tendance à trompé son prochain, oubliant qu’en le faisant, il se trompe lui-même. Car, si l’on peut tromper une partie du peuple, on ne peut tromper tout le peuple tout le temps.
    En se lançant dans la politique en 2007, l’ex premier ministre guinéen sous le régime de feu général Lansana Conté a suscité beaucoup d’espoir au sein de la classe politique guinéenne. Accueilli avec tous les honneurs à l’UFDG, malgré ses tares avérées en politique, Cellou Dalein Diallo n’a pas su fédérer ni drainer toutes les forces sociales et politiques qui gravitaient autour de l’UFDG. Ce qui n’était pas si grave au début, car, il suffisait d’une clique pour rectifier le tire. En s’entourant de fins politiciens qui devaient l’aider à se hisser sur le trône.
    Malheureusement, nostalgique des ‘’clans’’ sous feu Conté, il fait appel à son ancien clan de l’administration et à d’autres tarés politiques pour former son entourage. Pis, il se sert de la politique ethnique qui est pourtant un mythe dangereux pour entrainer le parti vers un avenir incertain.
    En 2010, malgré qu’il soit donné favori des sondages de la présidentielle du fait de l’écart considérable qui existait entre lui et son challenger Alpha Condé, il fut battu par ce dernier. En 2013, il fait descendre les militants et sympathisants dans les rues pour réclamer le départ de waymark. Plusieurs dizaines de militants sont morts et des centaines blessés. Quant aux opérateurs économiques, ils ont perdu des milliards de francs guinéens à cause de ces marches qui se sont révélées inefficaces.
    En dépit de tous ces sacrifices consentis, Cellou finit par trahir la confiance des militants, en signant les accords du 3 juillet 2013. Dans un passé récent de l’histoire de l’humanité, une telle trahison mérite la guillotine.
    En 2015, alors qu’on n’a pas encore fini de pleurer nos morts, il précipite le parti dans l’agonie en se jetant dans la course d’une présidentielle dont-on savait pertinemment, perdue d’avance. Vous connaissez la suite !
    Aujourd’hui, ayant perdu tout espoir d’accéder au pouvoir par la voie la plus autorisée, qui est celle des URNES, le président très controversé de l’UFDG est confronté par une crise de leadership au sein du parti qui risque de l’emporter veut passer par tous les moyens, mêmes les plus cyniques et sadiques, pour parvenir à ses fins.
    Pour assouvir ses besoins sataniques, l’homme est désormais prêt à tronquer son mentaux de « démocrate » contre celui de « kamikaze politique ». Le chef de file de l’opposition guinéenne a entrepris, depuis quelques jours, une démarche sournoise au sein de son parti. Cette démarche consiste à collecter des fonds devant servir à une multitude d’actions savamment orchestrées par lui et son clan.
    Pour la mise en œuvre, il a dépêché depuis la semaine dernière, des émissaires dans toutes les fédérations de l’UFDG à l’étranger, comme en Sierra Léone où il a envoyé un de ses proches, Telly Diallo. Leur mission consiste à collecter des fonds, qui seront ensuite redistribués dans au moins 20 préfectures considérées comme étant les fiefs du parti. Pour ce qui est de la clé de répartition, il est prévu que chaque préfecture ait 20 000 dollars américains. Soit un total de 400 000 dollars américains.
    Plusieurs objectifs sont visés, à cet effet :
    Premièrement, organiser des manifestations de désobéissance civile dans toutes les collectivités locales du pays, principalement au Fouta ;
    Deuxièmement, dissuader la justice guinéenne, dans l’affaire Mohamed Koula Diallo, à prendre des décisions à l’encontre du parti.
    Egalement, Cellou Dalein Diallo compte se servir de ce dernier point, comme bouclier, pour empêcher l’exécution de toute décision judiciaire qui lui serait défavorable.
    Cette astuce peut aussi être utilisée par le leader afin de s’enrichir illicitement sur le dos des militants et sympathisants du parti.
    Toutefois, il est important de souligner que son missionnaire Telly Diallo a été débouté par la fédération UFDG Sierra Léone qui clame haut et fort son refus catégorique de financer le parti à son état actuel. Cellou Dalein Diallo porte désormais tout son espoir sur les autres fédérations. Mais selon certaines indiscrétions, celles-ci risquent d’emboiter le pas à la Sierra Léone.
    Sur le plan interne, le leader politique n’inspire plus la confiance auprès des militants qui le trouvent « amorphe » et « indécis ». L’échec des journées « villes mortes », du 30 et 31 mars, en fait foi. Car, pour la première fois, l’opposition guinéenne enregistre un « échec cuisant » dans les journées de « ville morte ».
    DIALLO Ousmane
    Hamdalaye Ecole

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici