Parlant des relations entre le Foutah et les pouvoirs, Alpha Boubacar Bah, conseiller chargé des relations publiques de Cellou Dalein Diallo, leader de l’UFDG, a, mercredi dernier, chez nos confrères de Chérie FM, indiqué que ‘‘le Foutah a toujours résisté. Le PUP (l’ancien parti au pouvoir, NDLR) n’a pas gagné au Foutah, ils ont toujours volé là-bas’’.

En ce moment précis, M. Bah avait-il oublié que son patron, Cellou Dalein était l’égérie du PUP pendant les élections au Foutah ? Comme une piqure de rappel, le journaliste intervient : Le PUP a volé par la bénédiction de Cellou ! Et patatras ! ‘‘Non pas du tout, il y a toujours eu des préfets zélés, des sous-préfets zélés, qui ont fait le travail’’, a accusé Alpha Boubacar.

Et le journaliste d’insister : ‘‘lui (Cellou Dalein) n’a rien fait dans ce sens ?’’ Réponse : ‘‘Non, il a fait quelque chose, en tant que ministre.’’

Visiblement acculé, l’invité de Tribune de l’actualité plus tente de noyer le poisson sans savoir qu’il mettait là en exergue ses incohérences. ‘‘vous savez la différence entre le PUP et le RPG, dans le cas du Foutah, le PUP, pas le parti, Lansana Conté, c’est quelqu’un que les sages du Foutah aimaient bien pour une ou deux choses. Il a posé deux actes. Les gens en leur parlant de Bah Mamadou et Siradiou, ils rétorquaient pour dire qu’ils votaient pour Conté, parce que c’est lui qui a enlevé ce qu’on appelait Tour ici, les impôts de capitation. 2è raison, pour eux, c’est lui qui a libéralisé l’entreprenariat en Guinée, donc le commerce. Chez eux, ils disent que c’est à cause de Conté que nous avons une maison en tôle chez nous ; c’est à cause de Conté que nos enfants nous envoient le prix d’un sac de riz ici, et donc nous empêche d’aller au champ. Au Foutah dans les villages, croyez-moi, Conté n’avait pas besoin de battre campagne, c’était déjà réglé. Le parti au pouvoir a continué à entretenir cette perception’’, a avancé le conseiller de Cellou, omettant certainement qu’il disait plus haut que le PUP a toujours volé au Foutah. Ça s’appelle, s’emmêler les pinceaux.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com