Le ministre guinéen de l’Economie et des Finances, Mohamed Diaré a annoncé, vendredi, 27 février, au cours d’une conférence de presse à son département, que le gouvernement guinéen, à travers ses partenaires bi et multilatéraux, a bénéficié en termes d’annonce et en espèce depuis l’apparition de la fièvre hémorragique à virus Ebola en Guinée, une somme de 545 millions de dollars, destinée à l’assistance budgétaire, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie.

Le ministre de l’Economie a indiqué que la plupart des cas, (95%), l’argent donné à la Guinée n’est  pas passé par nos procédures, mais également ne devrait pas être exécuté par la Guinée.

«Pour que la Banque Africaine de Développement (BAD) participe à l’opération de lutte contre Ebola, il faut passer par  une Agence d’exécution. Ce n’est pas l’Etat qui exécute. C’est aussi valable pour la Banque Mondiale (BM), aussi valable pour les autres partenaires», dira M. Diaré.

Il a précisé, que dans les 545 millions de dollars annoncés, il y a 150 millions d’appui budgétaire.

«La BM nous a appuyé à hauteur de 50 millions de dollars. La BAD, 31 millions de dollars, mais 21 encaissés. Le Fonds Monétaire International (FMI), 41 millions de dollars en septembre et 39 millions de dollars, il y a cinq jours», a expliqué le ministre de l’Economie et des Finances.

Concernant l’utilisation de ces fonds, Mohamed Diaré a souligné qu’une partie a été décaissée dans le cadre de la riposte contre Ebola.

«Le  montant encaissé s’élève à 204 millions de dollars. Mais dans ces 204 millions, il y a  150 millions d’assistance budgétaire», a-t-il conclu.

AGP