Le ministère de la Santé a bénéficié d’un don d’équipements et de produits sanitaires de la part de l’ambassade des Etats-Unis, à travers l’USAID. La cérémonie de remise de ce don a eu lieu à la Pharmacie Centrale de Guinée (PCG), à Dixinn, ce mercredi 25 octobre 2017.

Selon Barbara Dickerson, directrice de l’USAID en Guinée, l’achat des produits a été financé par l’USAID « pour renforcer la capacité des médecins qui travaillent avec les survivants et réduire la stigmatisation et autres obstacles qui empêchent les survivants d’avoir une vie normale dans la société. L’USAID a financé l’achat des produits de laboratoire et équipements médicaux dans le cadre de l’appui à l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS). Ce projet est intitulé ‘’Prévention de la transmission de la maladie à virus Ebola et renforcement du service pour les guéris d’Ebola’’. Ce don viendra en appui d’un certain nombre d’activités concourant à atteindre les objectifs du projet ».

Selon elle, « les produits de laboratoire reçus seront destinés au laboratoire de la fièvre hémorragique et seront utilisés pour les examens appropriés, dans le cadre de la prévention de la transmission de la maladie à virus Ebola. Quant à l’équipement médical, il sera destiné à renforcer la qualité des soins de certain formations sanitaires, afin d’améliorer la qualité aux populations, y compris les guéris d’Ebola ».

Le représentant du ministre de la Santé à cette cérémonie, Dr Sakoba Keita, directeur général de l’ANSS, a remercié les heureux donateurs avant de situer ce don « dans le cadre du projet prioritaire du ministère de la Santé, afin de renforcer notre capacité à être plus vigilants pour que cette maladie qui a endeuillé tant de familles guinéennes, qu’on puisse traiter ses résurgences à temps et qu’on puisse les endiguer aussi à temps. »

Dr Sakoba Keita affirme que « ce don sera bien utilisé et nous resterons vigilants pour agir à temps à toute nouvelle résurgence de cette maladie en République de Guinée. Nous disons à moitié que le chemin n’est pas fini ; nous devons continuer la collaboration, car notre programme doit continuer jusqu’en 2018. »

Bhoye Barry pour guinee7.com