Nommé jeudi, Dr Youssouf Boundou Sylla, a pris fonction au secrétariat général du ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, vendredi 26 novembre 2021. La cérémonie d’installation a eu lieu dans l’enceinte dudit ministère à Kaloum.

Après avoir remercié les uns et les autres, Youssouf Boundou Sylla, a déclaré qu’il « mesure à sa juste valeur la confiance que monsieur le président de la République a bien voulu placer en ma modeste personne en me nommant à ce poste. En effet, depuis le 5 septembre 2021, date de prise effective de pouvoir par le CNRD, la Guinée vit au rythme d’une transition inclusive et apaisée. En ce qui me concerne, je m’engage ici et maintenant à œuvrer sous l’autorité de monsieur le président de la République, du premier ministre, chef du gouvernement, de mon ministre et de l’ensemble de mes collaborateurs directs et indirects au rayonnement de l’Enseignement Technique et de la formation professionnelle dans notre pays ».

Poursuivant, il a rappelé l’importance de l’Enseignement technique et professionnel dans la lutte « contre le chômage, la construction et le développement socio-économique de notre pays. Nous sommes donc résolus à relever les défis les plus importants dans ce domaine pour répondre aux attentes des autorités et de la population ».

Pour réussir sa mission, il dit tendre la « main à tout un chacun au sein de ce département. C’est une main tendue pour une collaboration franche, sincère et loyale, condition sine qua non pour la réussite du travail d’équipe, emprunt du professionnalisme et surtout du patriotisme pour relever les défis de la transition dans le secteur de l’enseignement technique et de la formation professionnelle ».

Youssouf Boundou Sylla

Prenant la parole, le ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, Alpha Bacar Barry, a prévenu le nouveau secrétaire général : « la situation de l’enseignement technique et de la formation professionnelle n’est pas si reluisante que l’on le croit. Nous sommes les orphelins d’un système à la traîne dans un grand besoin de reconstitution et de refondation. Notre secteur est oublié. Il faut le mettre à la lumière pour que tout le monde puisse comprendre que la Guinée ne se construira pas sans les ouvriers de qualité, sans les enfants de qualité, sans une réinsertion socioprofessionnelle de ces enfants ».

« La Guinée ne se développera pas si nous n’avons pas une main d’œuvre qualifiée, si nous n’avons pas une force de travail capable de prendre en charge notre économie réelle, surtout la production nationale. Nous avons des écoles sans programmes. Nous avons des écoles qui ont des programmes mais qui n’ont pas d’infrastructures, donc qui n’ont pas de salles de classe », a conclu le ministre.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199