Le 8 mars dernier à l’occasion de la journée internationale des femmes, le président de la République, Alpha Condé, avait invité les uns et les autres à valoriser les produits guinéens notamment les pagnes traditionnels. Depuis cette annonce, la production et le commerce du textile guinéen prennent une allure ascendance.

Ce vendredi 19 juillet 2019, le ministre du Tourisme, de l’Hôtellerie et de l’Artisanat, El hadj Thierno Ousmane Diallo, présidant de la cérémonie du lancement de la 1ère édition de la Foire du Made in Guinée (FOMGUI) a invité les fabricants à faire un bon travail des pagnes.

« Il est vrai que nous avons hérité de nos ancêtres un artisanat très diversifié parce que chaque village, chaque région natale, a ses artisans et ça, ils ont du talent. Mais on a un problème actuellement, on a toujours été tenté de porter un boubou joli.  Vous savez les initiateurs de Bazin, ce sont des Guinéens. Le Mali s’en est emparé et a fait mieux que nous. Vous savez pourquoi ? Pas parce qu’on n’est pas intelligents mais c’est parce que les finitions on s’en occupe pas. Vous envoyez votre tissu chez le tailleur, la première fois il fait bien ; la deuxième fois, il oublie un bouton ; la troisième fois, vous tirez un fil, tout s’en va. Si c’est la teinture, je ne critique personne mais je dis cela parce que c’est mon département. La teinture, vous portez, ça reste sur vos corps », a expliqué le ministre Thierno Ousmane Diallo.  

Et d’insister « Il faut absolument qu’on fasse en sorte que le Guinéen, quand il travaille qu’il le fasse avec beaucoup d’amour, avec beaucoup de perfection, avoir le souci de faire mieux de ce que je n’ai fait hier ; pas seulement ramasser l’argent. C’est un vrai problème ! S’agissant du textile parce que le textile fait partie de l’artisanat… on a de gros problèmes », a laissé entendre Thierno Ousmane Diallo avant d’inviter les femmes à faire un bon travail sur les pagnes.

Plus loin, le ministre révèle que depuis l’invite du président de la République, les tissus traditionnels ont été piratés. Actuellement, plusieurs conteneurs venant de la Chine sont déversés sur le marché local. « J’ai dans mon bureau un rouleau de tissus que j’ai fait acheter au marché et qui sont faits en Chine. Parce que tout simplement comme le président a porté, les gens en ont fait. Si vous voyez, à première vue, on croit que c’est un produit local. (…) Il se trouve actuellement, il y a des conteneurs et des conteneurs sur le marché local. Comment voulez- vous que les dames de Kindia, Mali ou de toute la Guinée puissent suivre à ce rythme ? Elles ne peuvent pas. Le marché est envahi », révèle-t-il. 

La FOMGUI est une plateforme d’échange entre les opérateurs économiques guinéens et les consommateurs nationaux et internationaux pour la valorisation du label Guinée.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités

Laisser un commentaire