Tiken Jah Fakoly

Mesurer la profondeur de la responsabilité consciente ou inconsciente d’une déraison, est à mon sens une preuve de sagesse.

Notre célèbre artiste, dans une courte vidéo, dans un élan excessivement débordant outrepassant les lisières du raisonnable, a proféré des propos irrévérencieux à l’endroit du Président de la république il y a peu.

Nul besoin de présenter Tiken Jah Fakoly, un célèbre artiste de renommée internationale, qui a chanté la gloire et les souffrances de notre Afrique des fiers guerriers !

Fakoly un artiste emblématique qui nous a tant inspiré !

Pourquoi soudainement cette symphonie irrévérencieuse à l’endroit d’un président de la république !

Comme à l’emporte-pièce, Fakoly a oublié consciemment ou inconsciemment qu’Alpha Condé n’est pas un chef de quartier mais  la première personnalité de toute une nation en dépit des malheureux conflits politiques actuels.

Le principe de la liberté d’expression est inaliénable, cependant il doit s’exercer dans le respect de nos valeurs sociales.

Le respect de nous-même est la règle de notre moralité, le respect de nos semblables à fortiori d’une personnalité, c’est l’essence même de notre savoir vivre.

Cette intempérance à priori occasionnelle (je l’espère), de Fakoly a été pour ma part assez surprenante d’autant plus que je l’ai cité parmi les personnalités artistiques et/ou activistes les plus mesurées de notre époque dans un de mes articles intitulé droit de réponse à Kemi Séba publié le cinq mars 2018.

Tout se passait comme si Alpha Condé n’avait aucune latitude dans l’expression d’une initiative complètement légale en parlant de la nécessité d’une nouvelle constitution mieux adaptée à notre société et qui sera surtout mise à l’approbation de la voix du peuple.

Pas du tout compréhensible de la part d’un artiste aussi émerveillant !

De toute évidence, cette vidéo était une véritable embaumée médiatique choquante, une insulte jetée à la face de nombreux citoyens Guinéens.

En dépit, j’étais rassuré par nombreuses réactions de condamnation convergentes au-delà des lisières ethniques et politiciennes.

Le respect de soi- même est une partie du respect dû au prochain.

Mon attachement à la liberté d’expression est profond mais je pense qu’il faut savoir discerner et surtout raison garder loin de toute attitude à résonnance irrévérencieuse qu’on risque fort  de regretter.

La colère est d’autant impétueuse que l’on a toléré patiemment les provocations. Proverbe Français.

Personne n’est parfait même un président de la république à fortiori notre célèbre artiste Fakoly.

Le fait de revenir sur cette malheureuse scène est une preuve que la courbe de la perfection de l’homme se projette sur une échelle infinie.

Ce pardon garde toute sa grandeur dans la profondeur de nos traditions ! La tolérance, la charité de l’intelligence.

Ce pardon ne saura passer inaperçu dans la conscience de tous ceux qui, au-delà même des frontières politico ethniques, ont été affligés par les ondes incongrues provoquées par cette sortie dissonante de ce grand artiste et frère Ticket Jah Fakoly.

La colère, quelle que impétueuse qu’elle soit, finit par se diluer avec le temps, la patience et la tolérance.

J’espère que ce célèbre artiste, notre frère Fakoly qui nous a fait tant rêver, saura dorénavant dans les perspectives de son noble combat pour l’Afrique, se mettre au-dessus de l’arène du vulgaire.

En dépit de tous les écueils vécus, imbu aussi du fait que l’erreur est humaine mais qu’y persévérer ne peut être que l’apanage du diable, ce retour inspiré et conscient de Fakoly à de nobles et raisonnables sentiments ne nous surprend guère.

Il a ainsi apaisé à juste raison tous ceux-là qui ne cessaient de se poser des questions sur l’insondabilité de l’être humain. 

Vive la paix en Guinée

Docteur Solian Konaté

Praticien Hospitalier des Hôpitaux

Chirurgien Orthopédiste et Traumatologue France