Après un ultime renvoi, le procès opposant l’opérateur économique, Elhadj Mamadou Bhoye Garambé Barry, au préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Diallo, s’est tenu ce mercredi 28 mars 2018.

C’est dans une salle d’audience presque vide que les débats dans ce procès ont démarré, à 9h35. A la barre, il a été signifié que le préfet de Labé comparaît devant le tribunal correctionnel pour « abus d’autorité et injures ». Faits que l’accusé a réfutés.

Durant  plus d’une heure, devant le président du tribunal, Aboubacar Thiam, Elhadj Safioulahi Bah a clamé son innocence, surtout sur les faits d’injures. « J’étais en partance pour Kindia, quand j’ai constaté un attroupement sur la route, sur le domaine octroyé à la gendarmerie, sis à Garambé. En cours de route, la gendarmerie m’a appelé pour me dire qu’il y avait un citoyen qui est en train de faire des travaux sur leur domaine, et que c’était un certain Elhadj Bhoye Garambé Barry. C’est ainsi que j’ai appelé au téléphone Elhadj Bhoye, pour lui dire de quitter les lieux, car c’était un domaine de l’État. Maintenant, comme il ne l’a pas fait et pour anticiper les choses, j’ai demandé à mon secrétaire général des collectivités de réquisitionner la gendarmerie, afin d’aller sur les lieux interpeller le monsieur et l’entendre. Ce qui fut fait, et il n’a jamais passé la nuit  à la gendarmerie, si c’est ce qu’il appelle abus de pouvoir ou injures, tant mieux. Voilà ce qui s’est réellement passé ; mais compte tenu des bons rapports entre Elhadj Bhoye et moi, je me dis il y a une main noire derrière cette affaire. A lui seul, il sait que c’est ce que je viens d’expliquer qui est la vérité. Maintenant, c’est cette main noire qui le pousse à falsifier les faits », relate le préfet de Labé, visiblement très en colère.

Sur la question de la réquisition faite à la gendarmerie, le tribunal a dit que c’était illégal, car signé par le secrétaire général des collectivités qui n’est pas habilité à le faire, selon la loi.

Ensuite, le tour est venu pour la partie civile d’être appelée à la barre ; elle a maintenu son accusation d’être victime d’abus d’autorité et d’injures. Elhadj Mamadou Bhoye Garambé Barry a expliqué qu’il avait jugé nécessaire de désister, suite à l’intervention de plusieurs notables du Foutah et que c’était le préfet qui a refusé. Après lui, trois (3) témoins ont été entendus dont deux (2) cités par la partie civile et l’autre, le secrétaire général chargé des collectivités de la préfecture de Labé, Lanciné Sangaré, qui a fait la réquisition.

Le président du tribunal a suspendu l’audience pour être reprise, ce jeudi 29 mars, pour la comparution de la gendarmerie en qualité de témoin.

Mohamed Samoura Labé pour Guinee7. Com 

 

Publicités