Le chef de la majorité présidentielle à la l’assemblée nationale, Amadou Damaro Camara, s’est exprimé ce samedi 19 octobre, lors de l’assemblée générale du RPG arc-en-ciel, sur l’actualité sociopolitique du pays. ‘‘On dit que si l’éléphant vient dans le champ de l’hyène la nuit, c’est pour lui éviter l’humiliation ; sinon il peut venir en plein jour, il n’y aura rien !’’ a lancé Damaro à l’entame de ses propos.

Avant de déclarer : ‘‘Le Pr Alpha Condé est fort d’une seule et unique chose. C’est le soutien du peuple de Guinée, exprimé clairement en 2015 avec environ 60% des voix. Il est le seul qui a bénéficié de cette souveraineté du peuple de Guinée. Il est le seul garant de l’unité nationale. Il est le seul garant de la consolidation de la démocratie et des institutions républicaines. Il est le seul garant du développement de la Guinée et de la paix en Guinée. Pour qu’il accomplisse sa mission, il compte sur vous. Est-ce qu’il peut compter sur Vous ?’’ Ce à quoi les militants ont répondu ‘‘OUI’’. ‘‘C’est de cela seulement il avait besoin’’, a jouté le député.

‘‘C’est pour dire que le parti est derrière le professeur. Le Pr n’a pas demandé de garder le pouvoir par décret. Il n’a pas demandé à garder le pouvoir par sa majorité à l’assemblée. Il y a un penseur français qui a dit, Jean Jacques Rousseau, que le peuple a le droit de changer ses lois, même si elles sont les meilleures. Tout ce que le président demande, est-ce que je peux soumettre au peuple pour qu’il se prononce par Oui ou NON. Entre nous, en qui cela est difficile ? en quoi cela peut être interprété ?  En quoi cela peut amener à ces pertes de vies ?’’ s’est-il interrogé.

Par ailleurs, ‘‘nous réaffirmons en tant que parti, notre attachement à cette nouvelle constitution. Oui ou non à la nouvelle constitution ? Le problème de troisième mandat est un faux débat. Pour nous, c’est la nouvelle constitution. Le peuple de Guinée a le droit de se doter d’une nouvelle constitution et dans le respect de cette constitution, la suite viendra. (…) Le parti demande aux uns et aux autres de prôner le vivre ensemble. Dans toute cette agitation il y a un seul critérium qui est important. La volonté des composantes de la nation guinéenne clairement exprimée de vivre ensemble. Aucune composante de la Guinée n’a des velléités de cession. Toutes les composantes veulent vivre ensemble. C’est ça le plus important. Les militantes, militantes, sympathisants et toutes les bonnes volontés doivent s’investir à maintenir ce vivre ensemble, à maintenir l’atmosphère de paix, à maintenir l’esprit de la paix. La paix à tout prix ; c’est la paix qui nous amènera au développement’’.

Il a ensuite fait remarquer : ‘‘On n’a pas à se gratter la tête pour savoir de 2011 à maintenant qu’est-ce qui a été fait. Ou qu’est-ce qui est en cours d’être fait. Quand le Pr a dit qu’il a hérité d’un pays et pas d’un Etat, il n’y a avait aucune préfecture en Guinée qui avait un commissariat digne de nom ; une gendarmerie digne de nom, une résidence ou un bureau de préfet digne nom, ou de gouverneur digne de nom. C’est ça les premiers symboles de l’autorité de l’Etat. Le Pr les a-t-il instaurés Oui ou Non ?  (….) On dit oui les routes sont aujourd’hui complètement défoncées, c’est vrai. Elles étaient bien faites que ça n’a pas tenu même cinq ans. On dit il n’y a pas d’eau. Quelle est la ville qui avait de l’eau, Alpha Condé est venu fermer le robinet ? Quelle est ville qui avait du courant, Alpha Condé est venu couper ? quelle est la ville qui avait complétement du goudron, Alpha Condé est venu enlever le goudron ? Mais c’est le problème.’’

Enfin, faisant allusion à Cellou Dalein, il a ironisé : ‘‘C’est vrai, on dit que ce n’est pas moi qui ai enlevé le chemin de fer, mais tu ne les as pas développés non plus, ç’a disparu en ton temps. Ce n’est pas moi qui ai vendu Air Guinée, c’est vrai, mais il a disparu en ton temps. Ça c’est la meilleure gestion !’’

Pour conclure, ‘‘nous demandons aux uns et aux autres de maintenir l’esprit de paix, de cohésion et d’unité nationale ; lutter contre l’ethnocentrisme ; rester vigilant (…). On a compris l’esprit du président, il est le président de tous les Guinéens. Bien sûr il a été présenté comme candidat du RPG arc-en-ciel, mais je suis sûr d’une chose, ces 60% en 2015 n’était pas seulement les militants du RPG, c’était le peuple de Guinée qui a voulu de cet homme-là. Et ce mandat-là, il va l’exercer jusqu’à son terme. Ce n’est pas difficile, s’il veut un autre mandat, mais qui décide de ça ? ce n’est pas le parti, mais c’est le peuple. C’est parce qu’on redoute le candidat Alpha Condé, c’est tout le problème. »  

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire