Le programme d’identification unique pour l’inclusion et l’intégration sous-régionale a été officiellement lancé, ce mercredi 26 juin, à Conakry. La cérémonie a été présidée par le Premier ministre, chef du gouvernement, Dr Ibrahima Kassory Fofana. Le coût total du projet est de 49,7 millions de dollars US et celui-ci prendra fin le 3 juillet 2024.

L’objectif général du projet est de doter chaque résident en Guinée et chaque Guinéen à l’étranger d’un document d’identification reconnu par le gouvernement et facilitant l’accès aux services. Il s’agira en outre de mettre en place un registre national des populations fiable et sécurisé, interconnecté avec les services publics et privés auxquels il favorise l’accès.

« C’est un programme inclusif, parce que par définition, il va toucher des composantes de nos pays, de nos sociétés ; car il va aller vers l’homme, vers l’individu. La biométrie ; c’est des éléments liés à l’homme, on ne peut donc pas les transférer à d’autres (…) Ce programme répond au premier pilier de notre Plan national développement économique et social qui constitue le fondement de toutes nos actions et ça va constituer le début d’une nouvelle ère », a expliqué Ibrahima Sory Keita, coordinateur du projet.

Selon le directeur technique du projet, Dr Himy Deen Touré, « plus 1,5 milliards de personnes dans le monde, 500 millions en Afrique subsaharienne, n’ont aucune preuve juridique de leur identité. En Guinée, seuls 25% des adultes disposent de leur carte d’identité. Sans moyens fiable d’identification, il est difficile pour les citoyens d’exercer leurs droits fondamentaux, d’accéder à la gamme de services fournis par les secteurs public et privé ».

Pour le représentant du groupe de la Banque mondiale en Guinée, Rachidi Radji, la coopération entre la Guinée et son institution se porte bien. Pour preuve, « l’appui financier de l’ordre de 50 millions dollars, dont 25 millions en crédits concessionnels et 25 millions en dons, est à mon point de vue une illustration de coopération », a soutenu ce cadre de la Banque mondiale.

Prenant la parole, la ministre du Plan et du Développement économique, Hadja Mama Kanny Diallo, a, au nom du gouvernement, remercié les partenaires techniques et financiers pour leur soutien à ce projet. « Le programme se propose de couvrir, à partir de 2024, 80% de la population guinéenne. Il convient de rappeler que ce projet est aussi un programme sous-régional, qui vise à mettre en place un système d’identification aux niveaux des États et qui puisse s’insérer harmonieusement dans un cadre plus large, celui de la CEDEAO en tant que levier de développement économique et social », a-t-elle déclaré.

« Il s’agit, au terme du programme, de disposer d’un registre de la population et de l’État civil centralisé », a renchéri Hadja Mama Kanny Diallo, avant de lancer officiellement les travaux du projet.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités

Laisser un commentaire